•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attentat à Nice : une minute de silence sur les Plaines

Le consul général de France demande une minute de silence pour les Français.
Radio-Canada

Une minute de silence a été observée avant le spectacle de Julien Clerc et Fred Pellerin sur les plaines d'Abraham en l'honneur des Français à la suite de l'attentat survenu jeudi soir, le 14 juillet, à Nice.

Un texte de Véronica Lê-HuuTwitterCourriel

C'est en fait le consul général de France à Québec, Nicolas Chibaeff, qui a adressé quelques mots à la foule avant l'entrée en scène du chanteur français Julien Clerc.

Le public a observé une minute de silence pour les Français.Le public a observé une minute de silence pour les Français. Photo : Radio-Canada/Maxime Corneau

Il a souligné que les idéaux de liberté, d'égalité et de fraternité qui rassemblent Français et Québécois dans la célébration en musique proposée chaque année à Québec le 14 juillet avaient été attaqués à travers l'attentat faisant plusieurs dizaines de morts à Nice. 

« Ce soir, nous allons vivre grâce à Julien Clerc et Fred Pellerin une soirée riche en émotion, en poésie et en amour et nous savons que, Français et Québécois, c'est ce que nous avons de mieux à partager, à offrir au monde et ce que nous avons de meilleur et de plus important à défendre face à la violence, à la haine qui frappe partout dans le monde. »

Le public a par la suite observé une minute de silence avant l'arrivée de Julien Clerc.

Réconfort pour les siens

Jérémy Jamin explique à ses voisines dans la foule les événements de Nice.Jérémy Jamin explique à ses voisines dans la foule les événements de Nice. Photo : Radio-Canada/Maxime Corneau

Dans la foule, Jérémy Jamin était drapé d'un drapeau français. Le jeune homme, parisien d'origine, habite au Québec depuis deux ans. Il a expliqué à de nombreux spectateurs ce qui venait de se passer en France, ces derniers ignoraient la gravité de l'attentat de Nice. « J'ai pas l'habitude de sortir le drapeau, mais ce soir, c'est particulier », explique-t-il.

Il ne voulait pas rester chez lui à écouter les chaînes d'information en continu. Il a préféré venir au concert pour tenter de se changer les idées avant d'en savoir plus sur la nature des attentats. « De vivre tout ça ensemble, ça réconforte ».

Le dernier bilan fait état d'au moins 84 personnes qui ont été tuées lorsqu'un camion a foncé dans la foule venue assister aux célébrations du 14 Juillet à Nice en France.

Québec

Société