•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Zika pourrait disparaître de lui-même d'ici trois ans

Des moustiques qui peuvent transmettre le virus Zika.

Des moustiques qui peuvent transmettre le virus Zika.

Photo : Juan Carlos Ulate / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon des chercheurs de l'Imperial College à Londres, l'épidémie du virus Zika, qui sévit particulièrement en Amérique latine, devrait se résorber d'elle-même d'ici deux à trois ans.

« Si nos projections sont exactes, le nombre de cas de Zika aura nettement diminué d'ici la fin 2017 voire avant et cela signifie que nous aurons alors des vaccins prêts à être testés et pas assez de cas d'infection dans la population pour faire des essais cliniques », explique le professeur Neil Ferguson, de la Faculté de santé publique de l'Imperial College et principal auteur de l'étude.

Cela s'explique par le fait que le virus ne peut pas contaminer la même personne deux fois. Les individus exposés au virus qui survivent à la maladie développent les anticorps nécessaires pour limiter sa propagation. Le nombre de personnes avec des anticorps - et donc immunisées - augmente rapidement, freinant du même coup la propagation du Zika.

S'il s'agit d'une bonne nouvelle pour les pays affectés, les scientifiques craignent de leur côté de manquer de données pour poursuivre leurs recherches. Ils tentent d'étudier le virus rapidement, afin de mieux se préparer à affronter de nouvelles épidémies.

Cette étude exploite toutes les données disponibles pour comprendre comment cette épidémie va évoluer, ce qui permet d'évaluer la menace.

Une citation de :Neil Ferguson, professeur à la Faculté de santé publique de l'Imperial College de Londres

Les chercheurs estiment que le virus pourrait réapparaître de manière ponctuelle au cours des prochaines années et qu'une nouvelle épidémie, semblable à celle que l'on connaît aujourd'hui, pourrait éclater d'ici 10 ans.

Le cycle de gestation du virus Zika serait semblable à celui du chikungunya, une autre infection causée par les moustiques. Sa propagation pourrait être influencée par les changements climatiques et les variations de température, comme celles attribuables au phénomène El Niño.

Les moustiques, plus importants en nombre en présence d'un courant chaud, sont les principaux vecteurs du virus, qui peut causer des malformations physiques, dont la microcéphalie, chez le fœtus.

À ce jour, il n'existe aucun médicament ni vaccin contre cet agent pathogène.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !