•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après 11 ans au théâtre, King Dave vit son moment de gloire au cinéma

Le reportage de Julie Jasmine Boudreau
Radio-Canada

King Dave, le nouveau film du réalisateur Podz, est présenté en ouverture du festival international de films Fantasia. Ce drame est l'adaptation cinématographique de la pièce de théâtre du même nom écrite et interprétée par Alexandre Goyette. Le film relève d'un véritable exploit puisqu'il a été tourné en un seul plan de caméra.

Un texte de Julie Jasmine BoudreauTwitterCourriel

King Dave n'a visiblement rien d'un roi. Entre magouille, petite criminalité et désir de vengeance, ce bouillant simplet ne fait que s'enfoncer dans un véritable bourbier.

(Source : YouTube/Chaîne de Les Films Séville)

Avant d'atterrir au grand écran, King Dave a d'abord été une pièce de théâtre solo dans une langue crue écrite et jouée par Alexandre Goyette.

Depuis 2005, elle a été présentée 130 fois.

Mylène St-Sauveur et Alexandre Goyette dans une scène de « King Dave »Mylène St-Sauveur et Alexandre Goyette dans une scène de « King Dave » Photo : Les Films Séville/Yan Turcotte

L'auteur et comédien tenait à reprendre ce rôle pour l'adaptation de la pièce au grand l'écran.

Karelle Tremblay, Mylène St-Sauveur et Moe Jeudy-Lamour sont également en vedette dans le film.

Le style Podz

Touché par la pièce, le réalisateur Podz voulait en faire son cinquième long métrage.

Son film se démarque grâce à son unique plan-séquence, un peu à l'image de celui de 13 minutes qu'il avait réalisé dans l'épisode de la tuerie de 19-2, l'une des scènes marquantes du petit écran québécois.

Le réalisateur Podz (à droite) sur le plateau de tournage de « King Dave »Le réalisateur Podz (à droite) sur le plateau de tournage de « King Dave » Photo : Les Films Séville/Yan Turcotte

Dans King Dave, la formule du plan-séquence est décuplée. La caméra suit le personnage principal en 20 lieux sur un parcours de 9 kilomètres. Résultat? Une scène prenante qui déboule en 91 minutes.

Les déboires de King Dave filent parfois à un rythme étourdissant dans ce film audacieux et percutant, dont le budget frôle les cinq millions de dollars. L'interprétation bouleversante d'Alexandre Goyette et le tour de force de la mise en scène impressionnent.

Destiné à être un perdant dans sa vie, King Dave a tout de même droit à un moment de gloire au cinéma, après l'avoir obtenu au théâtre. Son histoire sort sur une vingtaine d'écrans au Québec.

Cinéma

Arts