•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'humidex, l'indice de confort estival

Radio-Canada

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils font jaser. Certains les associent à du sensationnalisme, alors qu'ils ont été créés pour permettre à la population de mieux comprendre des situations météorologiques qui représentent un danger potentiel pour la santé.

Ève Christian
  Un texte de Ève Christian
TwitterCourriel

Je parle bien sûr des indices de refroidissement éolien en hiver et d'humidex en été.

En hiver, le refroidissement éolien décrit l'intensité du froid ressenti par le corps humain en tenant compte de l'effet du vent lorsque les températures sont assez basses.

En été, l'humidex combine la température et l'humidité afin d'indiquer, par un seul chiffre, la chaleur ressentie par le corps.

L'un et l'autre sont exprimés sans unité (sans le symbole de degré), car ils ne constituent pas une température réelle, mais une sensation de froid ou de chaleur.

Le but des deux indices est le même : le confort de la population. Il faut cependant les utiliser à bon escient : cela prend des conditions particulières pour que cela vaille la peine d'en parler.

ThermomètreThermomètre Photo : ICI Radio-Canada

Humidité

L'humidité est la quantité de vapeur d'eau dans l'air. Quand l'air est saturé, le taux d'humidité relative frôle 100 %, et il est alors bien probable que tombent des précipitations et que se forment le brouillard, la brume ou la rosée.

Pour bien comprendre l'apport de l'humidité sur la température ressentie, imaginez-vous dans un sauna. Qu'il soit de type sec ou humide, la température est élevée, entre 70 °C et 90 °C. Mais puisque le taux d'humidité est assez bas, la chaleur intense s'endure bien.

En général, dans un sauna sec, l'humidité varie de 4 % à 12 %, alors qu'elle peut monter jusqu'à 25 % dans un sauna humide. C'est aussi dans ce dernier qu'on ajoute de l'eau froide sur les pierres chaudes afin d'accroître l'humidité et... la sensation de chaleur.

Cela étant dit, notre corps est bien fait. Par temps très chaud, le processus de la transpiration se met en place pour garder notre température corporelle le plus près de 37 °C. En s'évaporant, la sueur rafraîchit le corps. Lorsque l'air est plutôt sec, l'évaporation est facile; mais plus il est humide, plus la sueur tarde à s'évaporer... et on a l'impression qu'il fait vraiment plus chaud. Pour certains, ces conditions sont pénibles à endurer. D'où le lien entre l'humidex et la notion de degré de confort.

Humidex

Comme le tableau l'indique :

  • Un humidex entre 20 et 29 engendre un inconfort négligeable. Mais on l'inclut tout de même dans les prévisions.
  • Dès qu'il atteint 30, un certain inconfort commence à se faire sentir; entre 35 et 39, il est plus notable. Il faut alors penser à modérer certaines activités à l'extérieur, selon notre âge, notre condition physique ou notre état de santé. Si on travaille à l'extérieur et qu'il est impossible d'écourter la journée, il faut alors boire beaucoup d'eau et prendre des pauses assez souvent.
  • Au-delà de 40, on considère l'humidex comme extrêmement élevé et il est suggéré de réduire toute activité qui n'est pas essentielle.
  • Entre 40 et 45, on ressent beaucoup d'inconfort et on doit sérieusement éviter les efforts.
  • Au-delà de 45, l'humidex représente un « danger », car les coups de chaleur et d'autres malaises sont possibles. Dans ces conditions, il est essentiel d'adapter notre comportement.
  • Finalement, avec un humidex supérieur à 54, c'est le coup de chaleur imminent. Heureusement, ça n'est jamais arrivé au Canada. Le record canadien est 52,1 enregistré à Windsor, en Ontario, le 20 juin 1953.

En consultant le tableau, on se rend bien compte que plusieurs situations peuvent mener à un humidex particulier. Voici quelques conditions menant à un humidex de 35, situé dans la zone qui occasionne un certain inconfort :

  1. la combinaison d'une température estivale normale et agréable, 25 °C, avec un taux d'humidité élevé de 90 %;
  2. des conditions assez ordinaires de température (28 °C) avec 60 % d'humidité;
  3. du temps très chaud, 31 °C, et une humidité relativement basse à 40 %.

Heureusement, il arrive peu souvent qu'on se retrouve dans la zone danger, mais c'est possible. À 15 h, le 13 juillet 2016 à Dorval, où les mesures officielles sont enregistrées, l'humidex a atteint 43. Il faisait 33 degrés au thermomètre avec une humidité de 57 %.

Mais si cette même température avait été atteinte avec un taux d'humidité de 65 % (à peine 8 % de plus), l'humidex aurait été de 46. Dans la zone danger.

Habituellement, les humidex les plus hauts se retrouvent dans les régions du sud du Québec, du Manitoba et surtout de l'Ontario. Ce qui est logique, puisque les masses d'air chaud et humide qui permettent d'atteindre ces conditions inconfortables proviennent souvent du golfe du Mexique et des Caraïbes.

Des travailleurs des chantiers routiers doivent s'hydrater encore plus en période de grande chaleur.Des travailleurs des chantiers routiers doivent s'hydrater encore plus en période de grande chaleur.

Avertissements de chaleur

Selon les provinces, les critères d'émission d'avertissement de chaleur diffèrent un peu, mais en général, Environnement Canada l'émet quand est prévue une température supérieure à 30 °C avec un humidex de 40 et plus.

Ces avertissements sont là pour informer la population d'un danger potentiel, pas pour la faire paniquer.

Parmi ces dangers, les coups de chaleur sont probablement les plus graves. Le coup de chaleur classique se produit surtout chez les enfants et les personnes âgées lors d'un manque de transpiration; l'autre découle d'un effort physique intense. On détecte qu'une personne souffre d'un coup de chaleur quand il fait plus de 41 °C de fièvre; il peut aussi perdre connaissance partiellement ou totalement.

Quand il fait très chaud et humide, des crampes de chaleur peuvent se produire. Ces spasmes musculaires douloureux surviennent normalement quand le corps n'arrive pas à remplacer les sels et les minéraux perdus par une grande transpiration.

Finalement, après une longue exposition à des conditions d'humidex élevé, si votre peau devient moite et froide, que vous transpirez abondamment, avez des nausées et des maux de tête et que vous vous sentez faible et étourdi, ne cherchez plus : vous avez tous les symptômes de l'épuisement dû à la chaleur. Vite, à l'abri dans un endroit frais, ou sous la douche après avoir bu un bon verre d'eau.

Une famille se rafraîchit à la baie de BeauportUne famille se rafraîchit à la Baie de Beauport Photo : Radio-Canada/ Nicole Germain

Une population informée est mieux protégée. Profitons de l'été, mais soyons vigilants!

Science