•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accueil mitigé réservé à l'ouverture de la chasse à la tourterelle triste dès l'automne

Une tourterelle triste

Une tourterelle triste

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La chasse à la tourterelle triste sera permise dès le mois de septembre dans le sud du Québec. Une nouvelle réglementation qui réjouit les chasseurs, mais qui inquiète les ornithologues.

Ce type de chasse était depuis longtemps réclamée par les chasseurs auprès du Service canadien de la faune. La viande de tourterelle est goûteuse et prisée par les chasseurs, selon la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FEDECP). En plus du goût de ce petit gibier, la population de tourterelle est abondante, poursuit la Fédération.

Le Relevé des oiseaux nicheurs pour le Québec indique que la population de tourterelles tristes a augmenté de 5 % chaque année de 1970 à 2014, rapporte Environnement Canada. 

« C'est très bon à manger, et c'est un gibier qui donne un challenge pour le récolter. [...] Ça donne un nouveau créneau de chasse. »

— Une citation de  Alain Cossette

La chasse aux tourterelles tristes autorisée dès l'automne

Des chiffres contestés 

Les ornithologues s'opposent à cette décision. Ils remettent en question les données utilisées par le Service canadien de la faune. 

« Nous, on est allés en contre-expertise parce qu'on a constaté que les données utilisées par Environnement Canada s'arrêtaient autour de 1007-2008, alors qu'on est rendu en 2015. Les outils de suivi des populations de Québec-Oiseaux sont en continu [....] et on remarque qu'à compter de 2007, il y a une chute importante des populations de 40 % au Québec », note le responsable des communications du Regroupement Québec-Oiseaux, Louis Vaillancourt. 

Les hivers québécois et l'augmentation des éperviers de Cooper pourraient notamment expliquer cette chute importante de la population des tourterelles. 

M. Vaillancourt avoue que « les quotas sont très raisonnables ».

« Notre seul questionnement est scientifique : pourquoi ignorer les données entre 2007 et 2015? [...] Pourquoi ouvrir la chasse à une espèce qui a déjà un déclin naturel? »

— Une citation de  Louis Vailllancourt

Québec Oiseaux se questionne

La FEDECP estime qu'entre 3000 et 4000 chasseurs pourraient se mettre à la chasse à la tourterelle cet automne au Québec.

Ils devront se soumettre à un quota quotidien de six oiseaux et de 24 individus au total.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !