•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre d'un touriste français : la défense évoquera la non-responsabilité criminelle

Affiche du Palais de Justice de Québec, printemps 2016

Affiche du Palais de Justice de Québec

Photo : ICIradio-canada/Carl Boivin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'homme de 42 ans accusé du meurtre d'un touriste français dans le quartier Saint-Sauveur à Québec, l'été dernier, pourrait être déclaré non criminellement responsable de ses gestes. Sylvain Fournier face à trois chefs d'accusation de meurtre, tentative de meurtre et menaces de mort sur la conjointe de 76 ans de la victime.

La défense a l'intention d'invoquer les troubles mentaux de l'accusé pour le faire déclarer non criminellement responsable. La Couronne ne devrait pas s'y opposer, mais si la thèse de la défense est acceptée, elle demandera à ce que Fournier soit déclaré délinquant à haut risque compte tenu de ses problèmes connus et récurrents de santé mentale.

Le procès, qui ne se déroulera pas devant un jury, va débuter le 8 septembre prochain au palais de justice de Québec. Le juge Louis Dionne devra déterminer si Sylvain Fournier était bel et bien non criminellement responsable de ses actes au moment de l'agression.

En juillet 2015, Joachim Aracil, un touriste français de 82 ans, a été poignardé à mort alors que sa conjointe, Arlette Aracil a subi des blessures sérieuses. Le couple était en visite à Québec et habitait temporairement un logement d'une coopérative d'habitation de la rue Colbert, dans le quartier Saint-Sauveur.

Sylvain Fournier, qui était connu pour avoir des problèmes de santé mentale, se serait querellé avec un voisin de la coop d'habitation. La situation aurait dégénéré après que Joachim Aracil fut sorti pour demander à Sylvain Fournier de se calmer.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.