•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des lieux dédiés à la mémoire de l'Holocauste envahis par Pokémon Go

Des visiteurs rassemblés au musée de l'ancien camp nazi d'Auschwitz-Birkenau

Des visiteurs rassemblés au musée de l'ancien camp nazi d'Auschwitz-Birkenau

Photo : Peter Andrews / Reuters

Radio-Canada

Devenue immensément populaire en une semaine, l'application Pokémon Go cause des soucis dans des endroits où elle n'est pas la bienvenue.

À Auschwitz, en Pologne, par exemple, la direction du musée de l'ancien camp nazi a dû réclamer au producteur des Pokémon Go d'exclure du jeu l'établissement « et d'autres sites du genre ».

« Permettre des jeux de ce type sur le site du mémorial et du musée d'Auschwitz-Birkenau est irrespectueux de la mémoire des victimes du camp de concentration et d'extermination à plusieurs égards », a écrit le porte-parole de l'institution, Pawel Sawiski.

Le camp d'Auschwitz doit recevoir la visite du pape François et d'au moins 300 000 jeunes à l'occasion des Journées mondiales de la Jeunesse, qui se tiendront du 26 au 31 juillet à Cracovie, dans le sud de la Pologne.

Des millions de téléchargements

C'est un journaliste du New York Magazine qui a signalé la présence de Pokémon Go à Auschwitz après qu'un touriste américain, présent sur le site, lui a fourni l'information.

À ce jour, le jeu n'est offert qu'aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande et, depuis mercredi, en Allemagne. Mais il est possible de le télécharger partout dans le monde en contournant les paramètres d'installation. On dénombre jusqu'ici plus de 7 millions de téléchargements.

Il est aussi possible de chasser le Pokémon au Musée du mémorial de l'Holocauste des États-Unis, à Washington, de même qu'au Mémorial national du 11-septembre à New York, ce qui a provoqué des réactions négatives de la part de certains de ces établissements.

Ainsi, un porte-parole du musée à Washington a déclaré que l'institution entendait être exclue du jeu. « Le fait de jouer à Pokémon Go dans les lieux d'un mémorial dédié aux victimes du nazisme est extrêmement inapproprié », a dit Andrew Hollinger.

La technologie est un outil d'apprentissage important, mais ce jeu se situe largement hors de notre mission d'éducation et de commémoration.

Andrew Hollinger, Musée du mémorial de l'Holocauste des États-Unis, à Washington

Jusqu'en Irak...

L'engouement pour l'application fabriquée par Niantic est tel qu'on la trouve là où l'on tente de repousser l'État islamique, soit à Mossoul, ville située non loin de la disputée frontière irakienne. Louis Park, un Américain s'étant joint volontairement aux troupes combattant l'EI, a rapporté y avoir capturé son premier Pokémon. 

De leur côté, des membres des Marines américains ont raconté sur Twitter sur un ton de plaisanterie qu'un Pokémon avait été aperçu sur un champ d'entraînement pour le tir, récoltant autant de protestations que de manifestations de soutien.

Le phénomène a incité une base militaire de l'État de Washington à mettre en garde, sur Facebook, tout adepte de Pokémon Go à s'adonner à son passe-temps « dans des zones contrôlées ou réglementées dans les immeubles de bureaux ou dans les résidences situées sur la base ».

Pokémon Go est le jeu le plus rentable sur les plateformes de téléchargement d'applications de Google et d'Apple. L'application, la plus téléchargée de l'App Store, concurrence Twitter pour ce qui est du trafic généré sur Internet.

Avec les informations de Associated Press, Agence France-Presse, et New York Times

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International