•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fausse psychologue arrêtée à Lévis

Chargement de l’image

Une voiture du SPVL.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une femme de 44 ans de Lévis qui s'est fait passer pour une psychologue fait face à de multiples accusations. En plus d'être accusée de fraudes au criminel, Mélanie-Eugénie Chisholm fait face à trois poursuites déposées par l'Ordre des psychologues du Québec pour avoir exercé illégalement la psychothérapie.

La femme a comparu, mercredi matin, au palais de justice de Québec pour faire face à 6 chefs d'accusation de fraude de moins de 5000 $ et d'usurpation d'identité à l'endroit de 5 victimes.

De juin 2014 à avril 2015, Mélanie-Eugénie Chisholm s'est présentée comme docteure en psychologie en approchant des familles de son entourage pour leur offrir ses services.

Le fils de Frédéric Jacques a été suivi par la femme qui se prétendait psychologue pendant plusieurs semaines pour soigner des symptômes de dépression.

« Ç'a été très loin. Il était en dépression et elle lui a dit : "Écoute, tu n'es plus en dépression et je pense que tu pourrais arrêter tes médicaments" », raconte M. Jacques.

La femme a aussi posé un diagnostic pour le problème d'apprentissage de son plus jeune fils. « Elle nous a même remis un rapport comme quoi il était dysfonctionnel », raconte M. Jacques.

La femme a poussé l'audace jusqu'à citer une neuropsychologue de l'Université Laval qui corroborait son diagnostic. « On s'est rendu compte que cette neuropsychologue-là ne la connaît même pas », affirme Frédéric Jacques.

Le père de famille, qui est entrepreneur, raconte aussi avoir aidé financièrement la femme avant de se rendre compte qu'elle lui mentait. Mélanie-Eugénie Chisholm affirmait posséder des résidences qu'elle louait en réalité.

L'homme estime avoir été floué pour un montant d'environ 12 000 $. Il avait même embauché Mélanie-Eugénie Chisholm dans son entreprise pour l'aider à évaluer son personnel.

Un préjudice grave

L'Ordre des psychologues a reçu des plaintes de plusieurs familles alarmées par la situation. Au total, 13 autres chefs d'accusation ont été déposés contre la femme.

« Statuer sur un trouble mental, c'est grave! L'impact et le préjudice que ça peut avoir chez une personne sont énormes, surtout chez les enfants », soutient la présidente de l'Ordre, la Dre Christine Grou, dans un communiqué.

Le procès a été autorisé en septembre 2015. Le dossier sera entendu devant la Chambre criminelle et pénale de la Cour du Québec, le 23 août, au palais de justice de Québec.

Mélanie-Eugénie Chisholm doit aussi revenir devant le tribunal en septembre pour les autres accusations auxquelles elle fait face.

Elle a été remise en liberté mercredi matin en attendant la suite des procédures.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.