•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 précautions à prendre pour les joueurs de Pokémon Go

Le jeu Pokémon Go

Le jeu Pokémon Go

Photo : Pokemon.com

Radio-Canada

Le jeu de réalité augmentée Pokémon Go a créé un véritable raz de marée en quelques jours avec des millions d'adeptes à travers le monde. Certaines précautions sont toutefois de mise, selon le Better Business Bureau (BBB) du Grand Vancouver.

Plus populaire que WhatsApp ou Tinder, l'application pour téléphone intelligent Pokémon Go est un jeu vidéo dont le but est de chasser des créatures virtuelles dissimulées dans le monde réel, à l'aide de son écran de téléphone mobile. Le joueur, qui endosse le rôle de dresseur, doit se déplacer dans les rues en suivant un plan interactif sur son téléphone jusqu'à trouver une créature qui apparaît sur son écran.

Officiellement lancé dans plusieurs villes nord-américaines, australiennes et néo-zélandaises, Pokémon Go n'est pas censé être déjà sur le marché au Canada, ce qui n'a pas empêché la jeune génération de trouver un moyen détourné de participer.

« Un succès éclair de la sorte peut comporter certains dangers, car les gens s'y mettent aveuglément pour suivre le mouvement », affirme Evan Kelly, conseiller en communication au BBB. « Nous voulons juste nous assurer que les gens comprennent bien le monde numérique et qu'ils prennent en considération quelques détails avant de télécharger l'application », ajoute-t-il.

  • Dépenses cachées

Bien qu'il soit possible de jouer entièrement gratuitement en gagnant des « PokeCoins » (la monnaie virtuelle créée pour le jeu), le joueur peut également acheter des « PokeCoins » directement dans l'application pour entraîner et collectionner plus de créatures. En outre, l'application demande un accès constant au GPS du téléphone intelligent, ce qui peut consommer beaucoup de données et faire gonfler la facture de téléphone à la fin du mois.

  • Vie privée

Pour pouvoir jouer, il faut accepter que l'application ait accès à d'autres applications comme Plan ou encore l'appareil photo. Il faut aussi s'inscrire avec une adresse courriel ou encore son compte Google, ce qui ouvre la porte à une mine d'or d'information sur le joueur. Niantic, le concepteur du jeu, assure qu'aucune information personnelle n'a été collectée et affirme travailler à une nouvelle version de l'application pour créer son compte directement dans le jeu, sans utiliser une adresse courriel.

  • Logiciels malveillants

Les pirates informatiques profitent de la forte demande pour le jeu, qui n'est censé être offert qu'aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, afin de mettre au point des programmes malveillants. Plusieurs ont été repérés en ligne, mais aucune infection n'a été rapportée.

  • Sécurité

Les joueurs devraient porter une attention toute particulière aux lieux dans lesquels ils se rendent pour dénicher des Pokémons, tout comme n'importe quelle autre activité extérieure. Il faut aussi penser à bien respecter les règles de sécurité des piétons et à surveiller son niveau de batterie, particulièrement dans les lieux reculés, car l'application consomme plus que la normale.

  • Infractions

Les « PokeStops » (les endroits où sont cachés les Pokémons) sont censés être des lieux publics, mais au moins un propriétaire s'est déjà plaint d'un incident avec un joueur ayant confondu sa maison avec un de ces endroits. Le BBB demande de bien respecter les règles de propriété privée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Jeux interactifs