•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un camp d'été facilite l'intégration de jeunes immigrants à Moncton, au N.-B.

Ce camp d'été lie l'apprentissage du français et le jeu.
Ce camp d'été lie l'apprentissage du français et le jeu. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Des jeunes immigrants de la région de Moncton, au Nouveau-Brunswick, continuent d'apprendre le français pendant les mois d'été tout en s'amusant. Une soixantaine d'enfants, dont la moitié sont des réfugiés syriens, participent à un camp d'été organisé par le CAFi, un organisme qui accueille des nouveaux arrivants.

Un texte de Michel NogueTwitterCourriel

Le Centre d'accueil et d'accompagnement francophone des immigrants du sud-est du Nouveau-Brunswick (CAFi) souhaite faciliter l'intégration des jeunes immigrants à travers ce camp d'été ludique de francisation.

« On brise l'isolement. On permet aux enfants de sortir de chez eux. De se faire des amis, de passer des beaux moments », commente Émilie Haché, agente de liaison famille-école au CAFi.

Émilie Haché, agente de liaison famille-école au CAFi.Émilie Haché, agente de liaison famille-école au CAFi. Photo : Radio-Canada

Les enfants participant au camp d'été arrivent des quatre coins du globe.

Aysar Al Husseine et Hiba Kouk sont arrivés au Canada il y a quelques mois. Ces réfugiés syriens réussissent déjà à communiquer avec les autres enfants avec des gestes, et les quelques mots de français qu'ils ont pu apprendre en jouant.

 C'est vraiment beau à voir. Tu vois que ces enfants-là redeviennent des enfants. Ils s'amusent. Voir les sourires sur les visages, c'est ça qui me dit que je suis à la bonne place le matin quand j'arrive au travail. 

Émilie Haché, agente de liaison famille-école au CAFi

Rapprocher les cultures

Selon l'agente de liaison au CAFi, ce camp d'été aide à rapprocher les Acadiens et les nouveaux arrivants.

Ahmed Zniber, conseiller à l'accueil et au recrutement au District scolaire francophone sud, explique que ce camp permet aux nouveaux arrivants de poursuivre l'apprentissage du français, même en congé.

« On voulait avoir ces enfants-là toujours en train d'apprendre le français et de continuer à être exposés à la langue française pendant les mois d'été pour ne pas perdre le vocabulaire qu'ils ont déjà acquis », conclut Ahmed Zniber. 

Acadie

Société