•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sol de Fort McMurray n'est pas dangereux pour les humains

Le sol de Fort McMurray n'a pas été rendu toxique pour les êtres humains par le passage d'un feu de forêt dans la ville en mai.

Le sol de Fort McMurray n'a pas été rendu toxique pour les êtres humains par le passage d'un feu de forêt dans la ville en mai.

Photo : CBC News

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le niveau de contaminants dans le sol de Fort McMurray ne présente pas de risques pour les humains malgré le feu de forêt qui y a brûlé des milliers d'édifices, selon des tests effectués en juin.

Du 2 au 19 juin, des dizaines de tests ont été effectués autant dans les endroits ravagés par le feu que ceux qui ont été épargnés. Les résultats des tests pour les secteurs dévastés par l'incendie ont été dévoilés lundi alors que ceux pour les parties épargnées ont été dévoilés la semaine dernière.

À neuf endroits, des niveaux d'hydrocarbures qui pourraient représenter un risque pour l'environnement ont été trouvés, mais ils ne sont pas préoccupants pour les êtres humains.

Une porte-parole d'Environnement Alberta, Jessica Lucenko, affirme que le feu n'est peut-être pas la cause de ces niveaux élevés. « [Ces substances] pourraient être naturellement présentes [dans le sol]. Cela pourrait être dû à l'ajout de tourbe », explique-t-elle.

Feu de forêt à Fort McMurray

Elle souligne également que les hydrocarbures trouvés dans le sol ne s'accumulent pas dans les plantes et que les aliments qui ont poussé à Fort McMurray sont donc comestibles.

Par ailleurs, les tests ont révélé que les niveaux de métaux lourds et de formes plus toxiques d'hydrocarbures, comme le benzène, l'arsenic et le plomb, répondent aux normes de sécurité.

Cendres toxiques

Les tests évaluaient la toxicité du sol et non pas des cendres laissées par le feu. Les autorités ont déterminé que les cendres du brasier contiennent des niveaux de dioxines, de furane, de métaux lourds et d'hydrocarbures aromatiques polycycliques qui représentent un risque pour la santé publique dans les endroits complètement détruits comme les quartiers Abasand, Beacon Hill et Waterways.

Dans les autres quartiers, les cendres contiennent généralement les mêmes substances toxiques, mais à des niveaux moins élevés. Jessica Lucenko affirme que les cendres ne représentent un danger pour la santé humaine que lorsqu'une personne entre en contact avec elles. Une sorte de résine collante a été appliquée à plusieurs reprises sur les cendres des édifices détruits, ce qui les a empêchées de se disperser.

D'autres tests sur la qualité du sol seront effectués durant la reconstruction de Fort McMurray.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !