•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sexisme dans le jeu en ligne, matière à réflexion au Comiccon Montréal

Un participant du Comiccon Montréal, qui se tient du 8 au 10 juillet 2016.

Photo : Radio-Canada/Elisa Serret

Radio-Canada

Commentaires dégradants, propos sexistes, préjugés : elles sont plusieurs joueuses en ligne à subir de l'intimidation de la part des hommes. Le Comiccon de Montréal abordera, pour la première fois, ces enjeux directement, dans un panel sur la place des femmes.

Un texte d'Anne-Marie Provost, d'ICI Grand Montréal TwitterCourriel

Karyne Paquette subit régulièrement des propos sexistes sur Internet lorsqu'elle se filme en direct en train de jouer à un jeu vidéo, une pratique populaire chez les joueurs en ligne. C'est pour parler ouvertement des mythes et tabous entourant les joueuses que la jeune femme a organisé le panel « Joueuses numéro 1 : les filles! ».

Le panel aura lieu samedi midi, au 512c, à la salle de conférence 2 du Palais des congrès de Montréal.

Des personnes m'ont dit que je n'étais pas belle, que je ne devrais pas gamer parce que je ne suis pas bonne. Il y a aussi des filles qui essayent d'entrer dans une équipe de sport électronique et qui se font dire qu'elles ne sont pas aussi bonnes que les garçons. Ça arrive et ça fait mal, ça blesse.

Karyne Paquette
Karyne Paquette organise un panel sur la place des femmes dans le jeu en ligne.

Karyne Paquette organise un panel sur la place des femmes dans le jeu en ligne.

Photo : Radio-Canada/Élisa Serret

Karyne Paquette, qui animera le panel avec trois autres femmes, veut déboulonner l'idée reçue que les femmes jouent à des jeux seulement pour attirer l'attention et chercher à séduire les hommes. Elle ajoute que plusieurs se sentent toujours obligées d'en faire plus alors qu'elles sont déjà de bonnes joueuses.

« Nous voulons qu'une femme qui ressorte du panel se dise que c'est correct de gamer, qu'elle est bonne et qu'elle a le droit de le faire. Nous voulons vraiment que la confiance ressorte du panel », explique-t-elle.

Un problème généralisé

Elles sont plusieurs joueuses à subir du sexisme. Une participante du Comiccon, Alexandra Paquette, raconte que ses amies prennent souvent un nom à connotation masculine en ligne.

Elles changent leur nom pour ne pas se faire reconnaître en tant que fille. Quand les gars le découvrent, si tu actives la voix, d'habitude ils les rejettent parce que c'est des filles.

Alexandra Paquette

Le Comiccon Montréal se tiendra pour la huitième année du 8 au 10 juillet, au Palais des congrès de Montréal. Quelque 60 000 amateurs de jeux vidéo, de costumes, de bandes dessinées, de série télé et de cinéma sont attendus.

Un participant du Comiccon Montréal 2016.

Un participant du Comiccon Montréal 2016.

Photo : Radio-Canada/Élisa Serret

Mettre fin aux stéréotypes

S'il y a de plus en plus de joueuses, les femmes prennent aussi leur place dans la création de jeux vidéo. Julie Lortie-Pelletier, qui a cofondée le studio indépendant de développement de jeux vidéo Studio Gingear, explique vouloir briser les stéréotypes.

L'intérêt est de faire un personnage auquel tout le monde va s'identifier. Je ne pense pas que c'est important de faire des jeux pour gars ou pour fille, il faut faire des jeux pour des humains qui vont l'apprécier.

Julie Lortie-Pelletier

Elle participera à la création du prochain jeu pour console que Studio Gingear veut développer.

« Nous allons avoir un personnage féminin qui va être très fort et très intéressant, et habillé », affirme-t-elle.

Elle pense que plus il y aura de femmes dans l'industrie, plus il y aura des personnages mieux représentés.

Grand Montréal

Techno