•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure des constats est terminée, le Front commun de l'Outaouais veut des gestes concrets

Le Front commun de l'Outaouais

Le Front commun de l'Outaouais

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

« Quand l'Outaouais éternue, le reste du Québec attrape la grippe. » C'est essentiellement le message qu'a tenu à lancer, vendredi matin, le Front commun de l'Outaouais. Le sous-financement qu'accuse la région fait non seulement mal à l'Outaouais, disent-ils, mais aussi à toutes les autres régions du Québec.

Les membres du Front commun ont rendu public un document de travail dans lequel on expose tous les défis liés à la proximité de l'Outaouais avec sa voisine, l'Ontario, dans plusieurs sphères d'activité.

Ce document appelé le Dossier Outaouais avait été préparé au printemps 2015. Il a été remis au premier ministre Philippe Couillard, lors de son passage en Outaouais, au mois de novembre dernier.

« Ce qu'il y a là-dedans, ce sont les besoins d'une région, mais c'est aussi le levier de développement pour le Québec au complet », a déclaré Frédéric Poulin, président de l'Alliance pour la cause de l'enseignement supérieur en Outaouais. « À chaque fois qu'on perd quelque chose en Outaouais, au bout de la chaîne c'est le Québec qui perd quelque chose. »

À titre d'exemple, dit-il, lorsque des étudiants se tournent vers Ottawa pour leurs études et qu'ils y restent pour travailler, c'est le Qébec qui perd des cerveaux.

Idem pour le domaine de la santé : le Québec perd plus de 100 millions de dollars, lorsque les résidents de la région vont se faire soigner à Ottawa.

Plan d'action

Maintenant que les constats sont faits et chiffrés et que le premier ministre a été sensibilisé aux enjeux de l'Outaouais, les membres soutiennent qu'il est temps de passer à la prochaine étape.

Il faut déterminer les gestes à poser pour que l'Outaouais urbain et rural obtienne sa juste part.

« On a la responsabilité de se doter d'un plan qui correspond à l'ensemble de nos besoins », a expliqué Michel Merleau, préfet de la MRC de la Vallée-de-Gatineau.

« Il y a dans ce document des actions qui vont préciser c'est quoi notre stratégie pour nous positionner davantage par rapport à Québec, à Ottawa et au monde. »

Les détails du plan d'action seront connus cet automne, mais déjà, les membres travaillent sur certaines idées.

« La première étape sera de s'asseoir avec les députés, au retour [ des vacances ], pour échanger sur l'éventuel plan d'action pour répondre aux constats qui sont dans le document », a expliqué le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

« On veut aussi rencontrer les différents caucus, de faire connaître ce constat-là de façon plus pointue aux instances politiques et administratives à Québec et à Ottawa. On veut faire connaître la réalité de l'Outaouais à tous les ministres, sous-ministres et députés de tous les partis, au courant de l'année qui vient. »

Les membres du Front commun réfléchissent aussi à une « Journée de l'Outaouais à Québec » où ils feront valoir la région auprès des instances politiques et administratives.

Composition du Front commun de l'Outaouais

  • Ville de Gatineau
  • Santé Outaouais 2020
  • Chambre de commerce de Gatineau
  • Alliance pour la cause de l'enseignement supérieur en Outaouais (ACESO)
  • Tourisme Outaouais 
  • Culture Outaouais
  • Préfets des MRC

Avec les informations de la journaliste Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !