•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une peine plus sévère demandée après la mort d'un garçon soigné avec des remèdes naturels

David et Collet Stephan entourés de leurs enfants à leur arrivée à la Cour de Lethbridge le 24 juin 2016.
David et Collet Stephan entourés de leurs enfants à leur arrivée à la Cour de Lethbridge le 24 juin 2016. Photo: CBC

La Couronne albertaine en appel de la peine imposée au couple dont le petit garçon est mort de la méningite après avoir reçu des remèdes naturels affirmant qu'elle est trop clémente.

À la fin juin, David Stephan a été condamné à quatre mois de prison et sa femme, Collet Stephan, a écopé d'une peine de trois mois à domicile. Les parents seront aussi en probation durant deux ans après avoir terminé de purger leur peine et devront faire 240 heures de travaux communautaires d'ici 2018.

Les parents ont été reconnus coupables de ne pas avoir fourni les soins nécessaires à leur fils Ezekiel de 19 mois.

Les parents ont dit avoir d'abord cru qu'il souffrait d'une laryngite et ils l'ont soigné avec des remèdes naturels à base d'ail, d'oignons, de piments et de raifort alors qu'il souffrait de méningite bactérienne. 

Durant le procès, la cour a entendu que les membres du petit garçon étaient devenus trop raides pour qu'il puisse être attaché dans son siège de voiture et qu'il avait dû être étendu sur un matelas quand sa mère l'a transporté vers une clinique de naturopathie à Lethbridge pour aller chercher un mélange d'échinacée.

La Couronne affirme en appeler de la peine pour plusieurs raisons, entre autre que la peine « n'était pas proportionnelle à la gravité du crime » et que le juge n'avait pas accordé assez d'importance à certains facteurs aggravants.

La Couronne avait demandé une peine de trois à quatre ans et demi et avait déclaré que les parents s'étaient montrés « égoïstes et arrogants ».

Mercredi, Collet Stephan, la mère d'Ezekiel n'avait toujours pas respecté l'ordre de la cour qui l'oblige à publier sa peine sur Facebook.

Alberta

Justice et faits divers