•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au secours! Les « vieux » sont sur Snapchat!

Icône de l'application Snapchat, très populaire chez les 13-17 ans qui représentent la moitié de ses utilisateurs.

Icône de l'application Snapchat, très populaire chez les 13-17 ans qui représentent la moitié de ses utilisateurs.

Photo : Lionel Bonaventure/AFP/Getty Images

Catherine Mathys
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'application, très populaire chez les jeunes, connaît un engouement chez les plus vieux. En effet, selon une récente étude de comScore, 14 % des utilisateurs de téléphone intelligent de 35 ans et plus sont abonnés à Snapchat (ils n'étaient que 2 % il y a trois ans).

Bien sûr, l'application demeure bien plus populaire chez les jeunes, puisque 69 % des 18-24 ans l'utilisent. Cela dit, on voit que de plus en plus d'adultes en font l'essai. L'étude rapporte aussi que 38 % des 25-34 ans s'y sont abonnés, alors qu'ils n'étaient que 5 % en 2013. C'est que l'application est de moins en moins marginale. On le constate aussi par la présence sur ce réseau de nombreux médias, comme CNN, National Geographic, Vice et même Radio-Canada.

La recette de Facebook

On a vu le même phénomène se produire avec Facebook il y a quelques années. Démarré comme un réseau interne pour les étudiants de Harvard, Facebook a ensuite inclus ceux d'autres universités avant de s'ouvrir au grand public. La recette est la même. On devient la coqueluche d'un groupe d'âge bien précis, puis on tente de conquérir les autres.

Snapchat est donc en train de s'approcher de cette étape où la masse critique d'un segment de la population est atteinte et où le réseau peut espérer prendre de l'expansion. La croissance de Snapchat (et l'augmentation de la présence des plus vieux au sein du réseau) est entre autres attribuable au déploiement de fonctionnalités comme Stories, qui permet à l'utilisateur de prolonger la durée de vie de son contenu pendant 24 heures.

Le succès de ce genre de réseau dépend des innovations qu'il offre pour créer du contenu captivant. Plus il y a de fonctionnalités, plus elles sont susceptibles de plaire à un plus large public aux intérêts variés. L'étude de comScore mentionne que c'est probablement l'une des explications à l'adoption de Snapchat par des utilisateurs plus vieux.
Toutefois, le succès de Facebook tient aussi beaucoup à la monétisation de son réseau. Moins de deux ans après la présentation de ses premières publicités, Snapchat a récemment développé sa propre interface de programmation d'applications (API), ce qui veut dire que ses publicités sont maintenant vendues par de tierces parties et peuvent donc générer beaucoup plus de revenus.

Un exode des jeunes à prévoir?

Les jeunes délaissent-ils les réseaux sociaux que leurs parents s'approprient? Il semble que non. Prenons l'exemple de Facebook. Une étude du Pew Research Center de l'an dernier montre que Facebook est encore le réseau social le plus populaire parmi les jeunes de 13 à 17 ans, même si tout le monde et son voisin ont un compte.

Retenons que le réseau Snapchat est en croissance et qu'il est toujours utile pour les parents de comprendre les plateformes que leurs enfants utilisent. Cela dit, il convient de remettre cette croissance en perspective. Bien que le réseau compte 150 millions d'utilisateurs actifs, ce qui le place devant Twitter qui en compte moins de 140 millions, il reste bien loin des 1,09 milliard d'abonnés qui consultent Facebook tous les jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !