•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mort d'un Noir abattu par la police en Louisiane soulève la colère

Le reportage de Yanik Dumont-Baron
Radio-Canada

Le gouverneur de la Louisiane, John Bell Edwards, a confié au département fédéral de la Justice l'enquête sur la mort d'Alton Sterling, cet homme noir de 37 ans abattu par un policier blanc de Baton Rouge, mardi matin.

Le gouverneur Edwards se rendait ainsi aux demandes de la famille et des représentants de la communauté de Baton Rouge, qui réclamaient une enquête indépendante afin de faire la lumière sur les circonstances entourant la mort d'Alton Sterling.

Qualifiant d'« à tout le moins troublante » la vidéo de l'événement qui circule sur les médias sociaux, le gouverneur s'est dit « profondément préoccupé » par ce qu'il a vu sur les images.

Le chef de police de Baton Rouge, Carl Dabadie Jr, avait indiqué un peu plus tôt que toute l'affaire serait transférée au bureau du procureur fédéral [Walter Green] et au FBI pour qu'ils mènent l'enquête à partir de maintenant.

Tout comme la famille de M. Sterling, le gouverneur a invité ses concitoyens à garder leur calme, arguant que le vandalisme n'aiderait en rien la résolution de cette affaire. « Nous avons déjà une famille brisée », a-t-il déclaré en invitant la population à se serrer les coudes en cette période de tumulte.

Une vidéo-choc

Alton Sterling, qui vendait des CD dans le stationnement d'un dépanneur de Baton Rouge, est mort au cours d'une altercation avec des policiers, dans la nuit de lundi à mardi.

Les policiers ont expliqué qu'ils répondaient à un appel anonyme, un peu après minuit, d'une personne se disant menacée par un homme vêtu d'un chandail rouge, et armé d'un pistolet. Les agents dépêchés sur les lieux se sont retrouvés impliqués dans une altercation avec Alton Sterling, et l'un des policiers l'aurait mortellement atteint de plusieurs coups de feu.

Le propriétaire du dépanneur devant lequel s'est déroulé l'événement, Abdul Muflahi, a raconté à une chaîne de télévision locale que le premier agent a tenté de maîtriser l'individu avec un pistolet à impulsion électrique. Devant l'échec de la manoeuvre - l'homme de forte corpulence demeurant impassible - le second policier a plaqué l'individu pour l'entraîner au sol.

Selon le témoin, Alton Sterling s'est toutefois débattu pour se défaire de l'emprise de l'agent qui le maintenait au sol, et c'est à ce moment que l'autre policier a tiré de quatre à six coups de feu sur le suspect immobilisé. M. Muflahi soutient que le suspect n'avait pas de pistolet dans ses mains lors de l'intervention des policiers, mais il affirme avoir vu un policier en extraire un de ses poches après l'avoir abattu.

AVERTISSEMENT : cette vidéo pourrait choquer certaines personnes

Un Noir abattu par un policier blanc en Louisiane

Une vidéo de l'événement circulant sur les réseaux sociaux montre les policiers donnant l'ordre à l'homme de se coucher au sol. Son refus d'obtempérer entraîne l'utilisation du pistolet à impulsion électrique, qui s'avère inefficace. C'est à ce moment que l'autre policier plaque Alton Sterling et l'entraîne au sol pour l'immobiliser. Son collègue le rejoint pour lui prêter main-forte.

Soudain, quelqu'un crie : « il a une arme! Il a une arme! » Des coups de feu retentissent ensuite.

L'autopsie a démontré qu'Alton Sterling est mort de plusieurs blessures infligées par des projectiles d'arme à feu à la poitrine et dans le dos.

Les deux agents impliqués ont été suspendus le temps que durera l'enquête, conformément au protocole de la police de Baton Rouge, selon le chef de police Dabadie et un porte-parole du corps policier.

Quelques heures après la mort d'Alton Sterling, des dizaines de personnes ont manifesté devant le commerce où s'était déroulée l'altercation. La foule, qui a atteint jusqu'à 200 personnes, scandait « black lives matter » et « mains en l'air, ne tirez pas ».

Une manifestation de centaines de personnes à Baton Rouge, en Louisiane.La mort d’Alton Sterling a provoqué une manifestation regroupant des centaines de personnes à Baton Rouge, en Louisiane. Photo : PC / Hilary Scheinuk

« La justice doit l'emporter »

« Nous prions pour que la lumière soit faite dans cette affaire, et c'est par une enquête indépendante que nous y arriverons », a déclaré l'élu démocrate Edmond Jordan, qui est également l'avocat de la famille Sterling. « C'est ce que la famille souhaite. »

« Alton Sterling n'était pas l'homme que les médias de masse décrivent aujourd'hui, a déclaré la mère de l'un de ses fils, Quinyetta McMillan. C'est une tentative de salir sa réputation. C'était un père qui tentait de gagner sa vie pour le bien de ses enfants. »

« Les individus impliqués dans son meurtre ont enlevé la vie à un homme qui avait des enfants qui dépendaient de lui au quotidien », a-t-elle ajouté.

« Il n'a même pas eu une chance », s'est désolée la tante d'Alton Sterling, Sandra Sterling, sur CNN. « Si cette personne n'avait pas été là pour filmer cette vidéo sur un téléphone portable, on n'aurait rien su aujourd'hui », a-t-elle poursuivi.

La mort d'Alton Sterling est un « lynchage légal », a déploré le révérend Jesse Jackson sur Twitter. « La justice doit l'emporter », a ajouté le célèbre militant pour les droits civiques.

Les proches de Sterling ont toutefois appelé les manifestants à garder leur calme.

Le nom d’Alton Sterling s’ajoute à la liste des hommes noirs abattus par des policiers au cours des derniers mois aux États-Unis. Les cas de Freddie Gray et de Michael Brown ont notamment provoqué la colère populaire et entraîné un mouvement, « Black lives matter », dénonçant les abus policiers envers les Afro-Américains aux États-Unis.

Des émeutes avaient secoué la ville de Ferguson, au Missouri, à la suite de la mort de Michael Brown, 18 ans, tué dans des circonstances qui doivent encore être expliquées.

Avec les informations de Associated Press

International