•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 160 Québécois ont reçu l'aide médicale à mourir

l'aide médicale à mourir

Photo : ICI RADIO-CANADA

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

EXCLUSIF – Six mois après l'entrée en vigueur de la Loi concernant les soins de vie, 166 personnes ont reçu l'aide médicale à mourir. Un nombre environ deux fois plus élevé que ce à quoi s'attendaient les experts.

Un texte de Laurent TherrienTwitterCourriel et Davide GentileTwitterCourriel

Radio-Canada a compilé les données rendues publiques par les centres intégrés de santé et les centres hospitaliers universitaires. On y apprend qu'entre décembre 2015 et juin 2016, 253 patients ont demandé l'aide médicale à mourir.

De ce nombre, 166 Québécois l'ont finalement obtenue, tandis que l'aide médicale à mourir n'a pas été administrée à 87 patients. Parmi eux, 16 personnes avaient changé d'avis.

C'est à Lanaudière et dans le centre-ouest et l'est de Montréal ainsi qu'à Laval que les demandes d'aide médicale à mourir sont les plus nombreuses, en proportion du nombre de patients en fin de vie.

Un nombre plus élevé qu'estimé

Le fait que 166 personnes aient eu recours à l'aide médicale à mourir a de quoi surprendre, puisque ce nombre dépasse largement les prévisions des spécialistes.

« La plupart des experts évaluaient qu'entre 50 et 100 personnes allaient demander l'aide médicale à mourir la première année », explique le Dr Georges L'Espérance, président de l'Association québécoise pour le droit de mourir dans la dignité (AQDMD).

Toutefois, il précise que le nombre de personnes qui ont reçu l'aide médicale à mourir représente moins de 1 % des décès au Québec. « Dans les autres législations du monde où on a adopté les mêmes lois, l'aide médicale à mourir représente de 2 % à 4 % des décès », explique le neurochirurgien.

Plus de demandes la première année?

Il est aussi possible que les statistiques soient gonflées la première année, en raison du nombre de patients qui attendaient l'entrée en vigueur de la loi pour demander l'aide médicale à mourir.

« Des gens étaient en attente de cette loi depuis un certain temps, ce qui pourrait expliquer un surplus du nombre de demandes », croit le Dr L'Espérance.

Au total, 36 % des demandes d'aide médicale à mourir ont été refusées aux patients. Ce nombre est plus élevé à Laval et dans l'ouest de l'île de Montréal, où il atteint 71 %.

La loi oblige tous les établissements de santé du Québec à produire un rapport tous les six mois, dans lequel ils indiquent le nombre de demandes d'aide médicale à mourir formulées et administrées. Le rapport est publié sur le site Internet de l'établissement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !