•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

King Kong a côtoyé les humains

Gigantopithecus blackii

Photo : Archives

Radio-Canada

Le plus grand singe à fouler le sol terrestre, le Gigantopithecus blackii, a vécu en même temps de l'Homo sapiens, montrent les travaux de géochronologistes de l'Université McMaster.

Un texte d'Alain LabelleTwitterCourriel

Le Pr Jack Rink et ses collègues ont utilisé des techniques de datation absolue de haute précision pour affirmer que ce géant, qui atteignait 3 mètres (10 pieds) et pesait 540 kilos (1190 livres), a vécu en Asie du Sud-Est il y a un million d'années, et jusqu'à 100 000 ans avant notre ère.

Cette période correspond au Pléistocène, durant lequel les premiers représentants du genre Homo apparaissent et évoluent en petits groupes d'une dizaine d'individus.
Ils sont alors en contact avec plusieurs espèces de grands mammifères de la mégafaune, comme les mammouths ou les tigres à dents de sabre. Ces animaux disparaîtront peu à peu, probablement en partie en raison de la chasse des hommes.

Ce primate a coexisté avec les humains à un moment où ces derniers connaissaient d'importants changements évolutifs.

Jack Rink

La province du Guangxi dans le sud de la Chine, où les fossiles du gigantopithèque ont été découverts, est évoquée comme l'une des régions possibles de l'origine de la race humaine.

Comparaison entre un humain, un gorille et un gigantopithèque.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Comparaison entre la taille d'un humain, d'un gorille et d'un gigantopithèque. Le Gigantopithecus blackii était encore plus gros.

Photo : Wikipedia/iDiscott

Les seuls restes du Gigantopithecus blackii ont été identifiés par le paléontologiste G.H. von Koenigswald en 1935. Il s'agit de quelques dents et d'une mandibule qui auraient été mises au jour dans une grotte.

Depuis, le mystère plane sur cet animal aux allures de Big foot. L'analyse des dents montre qu'il était végétarien et qu'il se nourrissait surtout de bambou.
Certains chercheurs pensent que l'appétit du gigantopithèque pour cette plante l'aurait placé en compétition avec l'humain, ce qui aurait peut-être causé sa perte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science