•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le FBI recommande de ne pas porter d'accusations contre Hillary Clinton en lien avec ses courriels

Photo : Rick Wilking / Reuters

Associated Press

La police fédérale américaine recommande de ne pas déposer d'accusations criminelles contre Hillary Clinton, dans la foulée de son enquête sur l'utilisation d'un serveur de courriels privé par l'ancienne secrétaire d'État.

Le directeur du FBI, James Comey, a fait cette annonce mardi, trois jours après que des agents aient rencontré Mme Clinton. Cette décision élimine une menace importante à la campagne présidentielle de Mme Clinton.

Le département de Justice tentait de déterminer si les informations secrètes qui ont circulé sur le serveur de Mme Clinton ont été gérées correctement.

La procureure générale Loretta Lynch avait annoncé la semaine dernière qu'elle accepterait les recommandations de M. Comey et des procureurs au dossier. « Aucune accusation ne serait appropriée dans ce dossier », a dit M. Comey.

Le directeur du FBI y est toutefois allé d'une condamnation en règle des agissements de Mme Clinton, en révélant que 110 courriels qui ont transité par son serveur contenaient des informations confidentielles, Il a dit que Mme Clinton et ses collaborateurs ont été « extrêmement insouciants », avant d'ajouter que des ennemis des États-Unis ont possiblement pu avoir accès à son compte de courriel personnel.

Toutefois, après avoir examiné des événements similaires, M. Comey a dit croire « qu'aucun procureur raisonnable ne déposerait d'accusations ».

La décision du FBI ne fera probablement rien pour rassurer les électeurs qui estiment que Mme Clinton n'est pas digne de confiance ou pour empêcher Donald Trump d'évoquer le sujet pendant la campagne présidentielle.

Donald Trump n'a d'ailleurs pas tardé à réagir sur Twitter, en déplorant, a-t-il dit, un « système truqué ».

 « Le directeur du FBI dit qu'Hillary la corrompue a compromis notre sécurité nationale. Pas d'accusations. Wow ! » a-t-il tweeté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International