•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Kouchibouguac, les écologistes s'inquiètent du nourrissage des animaux

Un ours au parc de Kouchibouguac

Un ours au parc de Kouchibouguac

Photo : Parcs Canada

Radio-Canada

Cette année, le parc national a dû déplacer quatre ours qui ne craignaient plus la présence humaine après avoir été nourris par des visiteurs. Un geste qui persiste malgré l'interdiction.

Éric Tremblay, de Parcs Canada, regrette que les visiteurs ne comprennent toujours pas l'importance de ne pas nourrir les animaux dans le parc de Kouchibouguac.

Ceux-ci continuent à nourrir les oiseaux, les écureuils, les canards, les ratons laveurs et les ours malgré la menace d'une amende de 300 $.

« Ils pensent que les animaux ont besoin de nous dans leur environnement naturel, qu'ils ont besoin d'être nourris », explique Éric Tremblay.

C'est peut-être de l'empathie envers l'animal [...] qui les conduit à vouloir aider les animaux, mais c'est tout le contraire qui se produit

Éric Tremblay, chef d'équipe écologiste au parc national de Kouchibouguac

« Quand vous voyez un jeune animal dans la nature, cela ne veut pas nécessairement dire que sa mère l'a abandonné », précise M. Tremblay.

Aucune nourriture n'est permise

« Même donner des miettes de pain aux canards n'est pas une bonne idée, car il ne s'agit pas de leur régime habituel et ce n'est pas bon pour leur système digestif, tous les vétérinaires vous le diront », rappelle Éric Tremblay.

Éric Tremblay, chef d'équipe écologiste au parc de Kouchibouguac

Éric Tremblay, scientiste des écosystèmes au Parc de Kouchibouguac

Photo : Parcs Canada

Nourrir des animaux leur donne aussi de mauvaises habitudes, puisqu'ils ne savent plus comment s'alimenter seuls : « quand vous quittez le parc à la fin de vos vacances en septembre, ce canard a été nourri tout l'été et il ne survivra peut-être pas à l'hiver, car il n'a jamais appris à se nourrir par lui-même ».

Pour réinstaurer la crainte des humains chez les ours, l'équipe du parc de Kouchibouguac a dû mettre en place un programme de « harcèlement » envers les animaux, en allumant des pétards et en tirant des balles de caoutchouc.

Avec les informations de CBC

Acadie

Environnement