•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de monnaie locale à Montréal

Le demi, un billet de 20 $ coupé en deux, est une monnaie complémentaire utilisée en Gaspésie
Le demi, un billet de 20 $ coupé en deux, est une monnaie complémentaire utilisée en Gaspésie Photo: Ici.Radio-Canada.ca

Un groupe réfléchit à la façon de mettre en place une monnaie locale à Montréal. Le projet a d'abord été conçu pour le quartier Villeray, mais il a rapidement pris de l'expansion. La mise en place pourrait se faire d'ici un à deux ans.

Un texte de David SavoieTwitterCourriel

François Geoffroy et Amel Zaazaa font partie de ce groupe qui mène les réflexions. « Pourquoi amener ça à Montréal? En s'inspirant des initiatives qui se font ailleurs, on se dit d'une part que ça peut être une façon d'encourager l'économie locale, donc de limiter les achats, les transactions internationales, et limiter les transports, limiter la pollution, il y a un but écologique derrière », explique François Geoffroy, qui est l'un des instigateurs.

Il y a aussi un but politique, démocratique : l'idée de se réapproprier collectivement cette chose-là qu'est l'argent.

François Geoffroy

Tout reste encore à faire : définir la forme de la monnaie, sa valeur, son nom, qui figurerait sur les billets, etc. Des comités ont été formés pour réfléchir à divers éléments qui doivent être réglés pour implanter ce système de monnaie complémentaire. Les avantages sont nombreux, selon les partisans du projet : moins de pollution, soutien de l'économie d'un quartier ou d'une ville, et même création de liens sociaux.

« C'est intéressant de faire ce travail d'éducation, de vulgarisation, et puis, plus on parle, plus les gens sont vraiment ravis de savoir que ça existe », explique Ame Zaazaa. Plus de 150 personnes ont montré de l'intérêt pour réfléchir à cette monnaie jusqu'à maintenant, et des experts ont aussi offert leur aide.

La difficulté n'est pas que de créer une monnaie, mais aussi de la faire vivre. « Le défi est double : d'une part, avoir une masse critique assez importante pour que le réseau économique fonctionne, et d'autre part, avoir ces gens-là, ces facilitateurs qui continuent à travailler pour s'assurer que ce réseau-là ne soit jamais coupé », soutient Eve-Lyne Couturier, chercheuse à l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS).

D'autres exemples

Un projet de monnaie locale est également en développement à Québec à l'heure actuelle, et il pourrait se concrétiser le printemps prochain.

Mais il y a aussi de nombreux autres exemples de monnaie locale. Un des plus connus dans la province est le demi en Gaspésie. Une autre monnaie est utilisée plus localement à Montréal, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce. La ville de Toulouse a une monnaie, tout comme la ville de Bristol, en Angleterre. En tout, il existerait plus de 5000 monnaies locales un peu partout sur la planète.

Économie