•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vol d'une remorque de homards à Grande- Anse : la cargaison vaut un million de dollars

Les Pêcheries LeBreton & Fils à Grande-Anse, N.-B.

Les Pêcheries LeBreton & Fils à Grande-Anse, N.-B.

Photo : Radio-Canada/François Vigneault

Radio-Canada

Une remorque remplie de homard congelé a été volée vendredi soir alors qu'elle se trouvait à l'usine de transformation Pêcheries LeBreton & Fils à Grande-Anse, dans la Péninsule acadienne.

Un texte de François VigneaultTwitterCourriel

La cargaison ne devait pas être ramassée avant dimanche soir au plus tôt.

Les propriétaires de l'usine ont alerté la GRC samedi matin.

On pensait que c'était le transporteur régulier qui [était] venu ramasser la cargaison pour shipper aux États-Unis, puis là après des appels dans tous les coins, on s'est rendu compte que c'était un vol.

Kevin LeBreton, copropriétaire des Pêcheries LeBreton & Fils

Une lourde perte

La valeur de la cargaison volée est évaluée à près d'un million de dollars.

La remorque immatriculée en Nouvelle-Écosse porte le numéro PT 6-65-11.

La plaque d'immatriculation du camion, dont on ignore le numéro pour l'instant, était attachée au milieu de la grille du véhicule.

La GRC sollicite la collaboration du public pour élucider ce vol et pour mettre la main au collet du ou des voleurs.

Je sais qu'il y avait beaucoup de trafic dans la région avec les Jeux de l'Acadie toute la semaine, avec les vacances qui commencent là. Ça fait que peut-être qu'il y a quelqu'un qui a vu justement cette remorque-là. Pis le camion Volvo n'est quand même peut-être pas un camion si commun que ça.

sergent Stéphane Blanchard, du détachement de la GRC de Caraquet

Une vidéo captée par une caméra de surveillance montre un camion Volvo, de couleur foncée (possiblement rouge), arriver sur les lieux, s'attacher à la remorque et partir avec la cargaison en direction de Bathurst.

Photo tirée d'une vidéo d'une caméra de surveillance.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo tirée d'une vidéo d'une caméra de surveillance.

Photo : Radio-Canada/François Vigneault

« Je ne peux pas te dire qu'est-ce qu'il a pu faire avec, où ce que ça peut aller... Mais une chose est sûre, [ce n'est] pas quelque chose que tu vends à un dépanneur ou un restaurant. Il y a 48 palettes de produits, il y a 37 000 et quelques livres dans la cargaison. Ça fait que pour être capable de revendre ça, faut que quelqu'un ait des contacts dans l'industrie », ajoute Kevin LeBreton.

Les propriétaires assurés

Heureusement, la cargaison était assurée, mais ses propriétaires craignent que cela prenne un certain temps avant d'être payé.

« C'est ça qui est décevant là-dedans là, tu as travaillé une saison, faut attendre peut-être six mois, un an pour avoir l'argent que tu as travaillé pour », constate Kevin LeBreton.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

Justice et faits divers