•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Controverse autour de la participation de la police au défilé de la fierté

Le groupe de pression Black Lives Matter a forcé l’interruption du défilé de la fierté pendant une trentaine de minutes.

Photo : La Presse canadienne / Mark Blinch

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le groupe de pression Black Lives Matter a forcé l'interruption du défilé de la fierté pendant une trentaine de minutes dimanche, pour dénoncer notamment le manque de représentation des noirs au sein de la communauté LGBT.

Le groupe a fait signer une liste de neuf demandes au directeur exécutif de la fierté, Mathieu Chantelois. Parmi ses neuf demandes, Black Lives Matter exige le retrait des cortèges de policiers dans les défilés de la fierté.

Le groupe fait valoir que la participation de la police au défilé suscite l'inconfort chez certains membres de sa communauté.

Mathieu Chantelois a signé le document et le défilé a pu suivre son cours.

En entrevue au réseau CP24, le directeur exécutif de la fierté a mentionné qu'en signant le document de Black Lives Matter, il a consenti à amorcer une discussion sur les revendications du groupe de pression. Le but était de faire avancer la parade, alors j'ai signé le document dans ce but, a mentionné Mathieu Chantelois.

Il a ajouté que dans chaque décision prise le comité de la fierté de Toronto, les membres de la communauté LGBT avaient toujours le dernier mot.

Mathieu Chantelois n'a pas confirmé que la participation de la police de Toronto serait revue.

Réactions des policiers

Dans une lettre ouverte envoyée ce matin, un policier gai en colère écrit que d'exclure les agents comme lui est une forme de discrimination.

Appelé à commenter la demande lundi matin, le chef de la police de Toronto, Mark Saunders, a indiqué que son service tentait depuis plusieurs années de tisser des liens avec la communauté LGBT. Il a également précisé que les policiers qui prenaient part au défilé le faisaient de manière volontaire et bénévole.

Pour le président du syndicat des policiers, il importe peu que la décision de Mathieu Chantelois a été prise sous pression.

Nous participons à ce défilé depuis plusieurs années, et plusieurs de nos policiers font eux-mêmes partie de la communauté LGBT. Les agents se sentent trahis.

Une citation de :Mike McCormack, président de l'Association des policiers de Toronto

Mike McCormack soutient que l'organisation doit maintenant présenter ses excuses à tous les policiers.

Selon une porte-parole de la fierté de Toronto, l'organisation rencontrera la police pour revoir les modalités de sa participation au défilé. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !