•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sonde Juno est entrée en orbite autour de Jupiter

Dans la mythologie romaine, Juno est à la fois la femme et la soeur de Jupiter.

Photo : NASA

Radio-Canada

Cinq ans après son lancement, la sonde Juno de la NASA a réussi lundi soir un peu avant minuit à se mettre en orbite autour de Jupiter, pour effectuer une mission qui vise à percer les mystères de la plus grande planète du système solaire.

La vitesse de l'engin, qui est propulsé par énergie solaire, a été réduite afin de procéder à la délicate manœuvre qui consiste à placer la sonde dans l'orbite de Jupiter. Le moteur de Juno a été activé pendant 35 minutes pour permettre à Juno d'être captée par la gravité de la planète.

Entrevue avec l'astronome Sébastien Gauthier, du Planétarium Rio-Tinto Alcan

Pour que la sonde évite d'être soumise à un bain de rayonnement électromagnétique trop intense, elle a dû suivre une trajectoire non traditionnelle.

« Pour contourner les risques, la sonde fera une orbite polaire; c'est-à-dire qu'elle passera au-dessus du pôle Nord et au-dessus du pôle Sud. Le champ magnétique y est un peu moins grand. Mais, ça complique la manœuvre d'insertion en orbite », a expliqué Robert Lamontagne de l'Observatoire du Mont-Mégantic à l'émission Gravel le matin.

La sonde, qui pèse 3,6 tonnes et qui est aussi longue qu'un terrain de tennis, doit commencer 20 mois de rotation autour de la planète.

La manoeuvre de mise en orbite était très délicate; en fait, Juno risquait de manquer carrément la planète si elle déviait moindrement de sa trajectoire, ou si elle effectuait son approche un peu trop rapidement ou un peu trop lentement. Cette mission de la NASA a coûté plus d'un milliard de dollars.

C'est pourquoi les équipes de la NASA ont surveillé de près le progrès de Juno en écoutant une série de signaux radio. « Ce sont comme des notes de musique. Nous saurons où est rendue la sonde grâce aux différentes notes », expliquait plus tôt Scott Bolton, un des scientifiques de l'Institut de recherche Southwest.

La sonde Juno est aussi grande qu'un terrain de tennis et compte d'imposants panneaux solaires.

La sonde Juno est aussi grande qu'un terrain de tennis et compte d'imposants panneaux solaires.

Photo : NASA/Richard Vogel

La mission demeure toutefois délicate. La sonde vole dans des orbites elliptiques à 4800 km du haut des nuages de Jupiter et doit manœuvrer à travers d'importants champs de radiation.

Pendant sa trajectoire, la sonde sera exposée à l'équivalent de 100 millions de radiographies dentaires, explique Bill McAlpine, l'expert en radiation pour la mission. Pour protéger les instruments de cette radiation, l'équipement très délicat de Juno a été entouré d'une armure de titane de 180 kg.

Autodestruction de la sonde

L'engin, construit par Lockheed Martin, n'a plus qu'une durée de vie de 20 mois. Lorsqu'elle parcourra sa dernière rotation autour de Jupiter, la sonde plongera dans l'atmosphère de la planète, où elle s'autodétruira.

La désintégration complète de la sonde est prévue par la NASA afin de ne pas contaminer les lunes de Jupiter avec des microbes provenant de la Terre. La NASA souhaite un jour étudier certaines des 67 lunes de Jupiter, dont Europe et Ganymède, qui contiennent de l'eau dans l'espoir d'y trouver de la vie extraterrestre. « On ne sait pas s'il y a de la vie, donc on ne prend pas de chance pour contaminer », a précisé Robert Lamontagne.

La NASA avait aussi procédé à l'autodestruction de la sonde Galileo en 2003 après qu'elle eut orbité autour de Jupiter pendant huit ans. Sept autres sondes ont volé à proximité de Jupiter lors de précédentes missions de reconnaissance, mais elles ne s'étaient jamais arrêtées si près pour étudier la planète.

La planète Jupiter et sa lune Ganymède

La planète Jupiter et sa lune Ganymède

Photo : NASA NASA / Reuters

Étudier les origines du système solaire

Avec la réussite de cette mise en orbite autour de Jupiter, les scientifiques de la NASA pourront mieux étudier l'atmosphère dense de la planète et cartographier son champ magnétique. Ils souhaitent particulièrement connaître la quantité d'eau qui s'y trouve, un élément-clé qui permettra de comprendre comment cette planète s'est formée dans le système solaire.

La planète Jupiter joue un rôle crucial dans la dynamique du système solaire et la formation du système solaire. Étudier Jupiter est une façon d'étudier notre histoire.

Robert Lamontagne

La formation de Jupiter a affecté le développement et la position de toutes les autres planètes de notre système solaire. Selon les théories, l'immense champ gravitationnel de Jupiter aurait protégé la Terre du bombardement de comètes et d'astéroïdes.

Avec les informations de Reuters

Science