•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le carré rouge ne pourra pas être commercialisé

Un jeune manifestant
Un jeune manifestant
Radio-Canada

Le carré rouge - symbole de plusieurs luttes sociales, notamment étudiantes - demeurera du domaine public à la suite d'une décision de la Commission des oppositions des marques de commerce de l'Office de la propriété intellectuelle du Canada.

L'homme d'affaires Raymond Drapeau a tenté d'en faire une marque de commerce déposée. La commission a donné raison à la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), qui s'est opposée à la commercialisation du carré rouge.

« Le carré rouge est un symbole puissant dans la communauté étudiante ainsi que pour la société en général et c'est essentiel qu'il demeure un bien public », a déclaré la nouvelle présidente de la FECQ, Rose Crevier-Dagenais.

« C'est intéressant de voir une cour de justice dire qu'un acteur privé ne peut pas s'emparer d'un symbole de mobilisation citoyenne, s'en emparer privément pour faire de l'argent avec », a déclaré le chroniqueur Gabriel Nadeau-Dubois au cours de l'émission matinale de la première chaîne de Radio-Canada. L'ancien leader étudiant estime que c'est une bonne nouvelle pour la société civile qu'une cour de justice tranche en faveur de l'utilisation gratuite d'un symbole comme le carré rouge.

Gabriel Nadeau-Dubois (Archives)Gabriel Nadeau-Dubois porte le carré rouge lors d'une entrevue à Radio-Canada en 2012. Photo : Radio-Canada

La FECQ, qui représente 65 000 élèves de 22 cégeps, s'est lancée dans cette bataille judiciaire il y a plus de deux ans.

La FECQ a reçu l'appui de l'avocat spécialisé en propriété intellectuelle Harold Ashenmil par l'entremise de la clinique Juripop. La FECQ a souligné que M. Ashenmil a accepté de travailler bénévolement. « Le dévouement et la générosité de Me Ashenmil ont été exceptionnels tout au long du processus », a déclaré la présidente de la FECQ, Rose Crevier-Dagenais. « Ce n'est pas n'importe quel avocat qui accepterait de travailler gratuitement. »

L'homme d'affaires avait présenté une demande en 2013 pour s'approprier les droits sur le carré rouge.

Société