•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de poissons morts dans la rivière Yamaska

Plusieurs ménés ont été trouvés sans vie dans la rivière Yamaska, tout comme des poissons de 15 à 20 centimètres de long.

Plusieurs ménés ont été trouvés sans vie dans la rivière Yamaska, tout comme des poissons de 15 à 20 centimètres de long.

Photo : Facebook Spotted St-Hyacinthe

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des milliers de poissons ont été trouvés morts, jeudi soir, dans la rivière Yamaska, à la hauteur de Saint-Hyacinthe, en Montérégie. Plusieurs facteurs, comme le manque d'eau dans la rivière et la chaleur, pourraient être responsables de cette situation, selon Urgence-Environnement. 

De nombreux ménés ont été trouvés sans vie, mais aussi des poissons de 15 à 20 cm de long. 

La mort des poissons remonterait à plusieurs jours, selon le coordonnateur régional d'Urgence-Environnement pour l'Estrie et la Montérégie, Christian Blanchette.

Des citoyens, qui ont alerté les autorités jeudi soir, croyaient à tort que la source de ce fléau provenait d'entreprises situées dans le parc industriel de Saint-Hyacinthe, qui ont procédé à des vidanges de bassins de décantation jeudi.

Mais puisque la mort des poissons remonterait à plusieurs jours, M. Blanchette a rapidement éliminé cette hypothèse.

Il croit plutôt qu'une combinaison de facteurs est responsable de la mort des poissons. « Sur plusieurs centaines de mètres de long, on peut traverser la rivière à pied, sans se mouiller. C'est clair qu'il y a un déficit d'eau dans la rivière, combiné à la chaleur et aux charges qu'on donne à la rivière, parce qu'on n'a pas changé nos habitudes de vie, les poissons ont possiblement été trappés dans cette portion de la rivière il y a plusieurs jours », avance M. Blanchette. 

Urgence-Environnement précise qu'il faudra toutefois attendre le résultat des analyses effectuées par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques pour valider cette hypothèse.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !