•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avez-vous été victime d'actes homophobes?

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Victime d'intimidation

Victime d'intimidation

Photo : Bell média/Canal Vie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres sont plus souvent victimes d'intimidation à l'école que leurs camarades hétérosexuels. Une discrimination qui peut entraîner chez certains jeunes LGBT des pensées suicidaires.

Cette situation préoccupante a motivé les gouvernements des provinces à mettre en place des mesures visant à réduire l'intimidation et à faire la promotion de la diversité sexuelle dans les écoles de leur réseau public d'éducation. C'est le cas en Ontario, au Manitoba et au Québec notamment.

Les commissions scolaires ontariennes ont d'ailleurs adopté en 2012 des politiques sur l'équité, en plus d'encadrer la création, par les écoliers, de groupes d'aide et de favoriser les rapports entre jeunes LGBT et hétérosexuels.

L'intimidation et la discrimination prennent cependant plusieurs formes et peuvent être vécues à l'extérieur des murs de l'école. Pour en témoigner, nous avons demandé à nos intervenants de raconter leur expérience.

Louise Gauvreau se remémore des difficultés qu'elle a dû surmonter au travail : « c'était très embêtant devant trois, quatre, cinq collègues masculins, d'avouer ça ».

« J'ai eu des copains qui ont été jetés hors de leur maison, qui ne pouvaient pas trouver de logement, d'autres qui ont perdu leur travail », se souvient le militant Paul MacDonald, qui se dit chanceux de ne pas avoir eu à vivre cette discrimination.

« Je suis celui qui n'a pas eu d'amis quand j'étais jeune parce que j'étais la cible de tout et j'avais le malheur d'être très bon à l'école, alors j'avais deux points négatifs pour moi », raconte Arnaud Baudry, un coordonnateur de 33 ans.

Quant à Douglas Elliott, il a causé de l'intimidation à son frère qui prenait sa défense à Elliott Lake.

Toute la semaine, Radio-Canada aborde différents enjeux qui touchent la communauté LGBTQ+. À suivre sur toutes nos plateformes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario