•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle exposition sur l'histoire de la centrale Manic-5

Si tu savais... la Manicouagan.

Si tu savais... la Manicouagan.

Photo : Exposition Hydro-Québec

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Hydro-Québec propose une toute nouvelle exposition à la centrale Manic-5, sous le thème « Une histoire envoûtante ».

L'accent est mis sur les bâtisseurs de cet ouvrage, construit dans les années 1960, qui est reconnu à travers le monde.

Le barrage Daniel-Johnson, à Manic-5, vaut bien le détour à lui seul.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le barrage Daniel-Johnson, à Manic-5, vaut bien le détour à lui seul.

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

Pour raconter cette histoire, la société d'État a ressorti de nombreux documents d'archives et fait appel à d'anciens employés qui ont travaillé à la construction du barrage et de la centrale Manic-5.

L'atmosphère qui entourait la construction de Manic-5 est reproduite à l'aide des matériaux et des petits gestes quotidiens de l'époque.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'atmosphère qui entourait la construction de Manic-5 est reproduit à l'aide des matériaux et des petits gestes quotidiens de l'époque.

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

La porte-parole d'Hydro-Québec, Julie Dubé, rappelle l'impact de cette réalisation sur le sentiment de fierté des Québécois.

On pense que Manic-5, c'est le symbole de la Révolution tranquille. Donc, les gens qui ont participé au chantier, ces bâtisseurs-là étaient fiers d'être Québécois, étaient fiers de réaliser quelque chose de grandiose.

Une citation de :Julie Dubé, porte-parole d'Hydro-Québec

André Landry, qui était photographe pour Hydro-Québec sur le chantier de Manic-5, se souvient toujours de cette période charnière de sa vie.

Des témoignages d'anciens employés d'Hydro-Québec comme le photographe André Landry, enrichissent le souvenir de l'époque de Manic-5.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des témoignages d'anciens employés d'Hydro-Québec comme le photographe André Landry, enrichissent le souvenir de l'époque de Manic-5.

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

Il y a des émotions beaucoup, beaucoup à l'intérieur, puis les larmes ne sont pas tellement loin. C'est vraiment un cadeau que la vie m'a donné d'avoir vécu ici, d'avoir rencontré ma femme ici. Ça va faire 53 ans bientôt. Mais en tous cas, c'est fantastique.

Une citation de :André Landry, ancien employé d'Hydro-Québec

Le centre d'interprétation, le barrage Daniel-Johnson et la centrale Manic-5 accueillent chaque année plus de 6000 visiteurs.

La réfection du bâtiment d'accueil et l'aménagement de la nouvelle exposition ont coûté 5 millions de dollars.

Un texte de Louis Garneau d'après les informations de Marlène Joseph-Blais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec