•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des amendes de 250 000 $ proposées contre les agents immobiliers peu scrupuleux

Le quartier Coal Harbour à Vancouver
Le quartier Coal Harbour à Vancouver Photo: Philippe Moulier/ICI Radio-Canada
Radio-Canada

Les courtiers immobiliers qui ne respectent pas les règles entourant leur métier doivent être punis plus sévèrement, affirme un comité consultatif dans un rapport au Conseil immobilier de la Colombie-Britannique.

Le panel indépendant de 11 membres propose que des amendes de 250 000 $ soient imposées aux agents qui ne suivent pas les règlements. Des moyens de communication confidentiels devraient également être ouverts aux lanceurs d'alertes.

Actuellement, la pénalité maximale imposée à un agent immobilier est de 10 000 $.

Dans son rapport de 60 pages, le comité propose aussi que l'industrie immobilière jette un regard plus attentif sur le travail des nouveaux courtiers. Il faut aussi, dit-il, que les agents ne puissent plus représenter l'acheteur et le vendeur d'une même propriété.

En mars, le gouvernement provincial a promis d'interdire les « reventes fantômes » qui permettent à des courtiers de mettre une maison sur le marché plusieurs fois à l'insu du propriétaire original pour empocher une commission à chaque transaction.

« Chaque fois qu'il y a une fluctuation extrême des prix, les gens se ruent sur le marché pour se faire de l'argent rapidement », constate la présidente du comité consultatif, Carolyn Rogers.

 Les maisons ne servent plus de foyers [...], elles s’échangent comme des investissements et cela fait pression sur un régime jamais conçu à cet effet.

Carolyn Rogers, présidente du comité consultatif

En mars, le gouvernement provincial a promis d'interdire les « reventes fantômes » qui permettent à des courtiers de mettre une maison sur le marché plusieurs fois à l'insu du propriétaire original pour empocher une commission à chaque transaction.

La région de Vancouver est en proie avec une crise immobilière qui rend très difficile l'achat de propriétés. La Banque du Canada juge même qu'une importante correction des prix pourrait voir le jour dans un avenir proche.

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier