•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grassy Narrows : pas de nettoyage avant au moins un an

La communauté autochtone de Grassy Narrows est entourée d'eau. Entre 1962 et 1970, une papetière, Dryden chemical, a déversé du mercure dans la rivière Wabigoon/English. C'est ainsi que le poisson, principale source de nourriture pour les résidents de Grassy Narrows,a été contaminé.

La communauté autochtone de Grassy Narrows est entourée d'eau. Entre 1962 et 1970, une papetière, Dryden chemical, a déversé du mercure dans la rivière Wabigoon/English. C'est ainsi que le poisson, principale source de nourriture pour les résidents de Grassy Narrows,a été contaminé.

Photo : Martine Laberge

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le réseau hydrographique de Grassy Narrows ne sera pas nettoyé avant au moins un an, voire même deux ans. C'est ce qu'affirme la Province de l'Ontario qui désire tester davantage d'échantillons d'eau.

Un texte de Patricia SauzèdeTwitterCourriel

L'Ontario a annoncé lundi un plan d'action pour remédier aux problèmes d'eau contaminée.

La communauté du nord-ouest de l'Ontario est aux prises avec une contamination de mercure dans ses eaux et ses lacs depuis 40 ans. Entre 1962 et 1970, la papetière Dryden Chemical, a déversé du mercure dans la rivière Wabigoon/English. 

Le nouveau plan pour remédier à la situation comprend notamment un montant de 300 000 $ pour tester l'eau et les sédiments dans le fond des lacs. Les chercheurs devront ensuite déterminer quelle est la méthode privilégiée pour assurer une eau potable aux résidents de Grassy Narrows.

« Ce n'est pas blanc ou noir. Ce n'est pas très simple. On a besoin de beaucoup de recherches et d'experts. »

— Une citation de  Glen Murray, Environnement et de l'Action en matière de changement climatique

Comme explique le ministre de l'Environnement et de l'Action en matière de changement climatique, Glen Murray, le nettoyage ne se fera pas avant l'été prochain.

« À ce point, l'année prochaine, nous aurons les résultats de la recherche qui prévoit la mise en place d'un plan d'action pour nettoyer le lac. Mais il y a plus de travail qui est nécessaire maintenant. »

Il faudra en fait peut-être jusqu'à deux ans avant même de savoir s'il sera possible de nettoyer ou s'il faudra enfouir les sédiments contaminés.

Attente raisonnable

Pour le chef de la Première Nation, une attente de deux ans est un compromis acceptable.

« Je suis satisfait, et les membres de la communauté aussi », fait-il savoir.

Il ajoute que le plan d'action est certainement un pas dans la bonne direction.

« Au moins, la Province prend ses responsabilités et veut vraiment nous aider à nettoyer. »

« Nous avons attendu tellement longtemps, pendant des décennies. Une année ou deux de plus de change rien. »

— Une citation de  Simon Fobister, chef de la Première Nation Grassy Narrows

Les résultats des nouveaux tests devraient être rendus publics dans un an.

Barils enfouis

L'Ontario a également annoncé qu'il tenterait de faire la lumière sur les allégations d'enfouissement d'une cinquantaine de barils de mercure il y a plus de 50 ans.

La semaine dernière, un ancien employé a révélé avoir enfoui des barils de mercure en 1972, près de la communauté.

La compagnie qui se trouve aujourd'hui sur l'emplacement en question accepte de donner accès aux membres de la Première Nation, explique le ministre des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation, David Zimmer.

« Des équipes de scientifiques vont travailler avec la communauté pour trouver ces barils et identifier ce qui s'y trouve à l'intérieur. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario