•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conte de fées de l'Islande se poursuit

L'Islande célèbre son but

L'Islande célèbre son but

Photo : GI/Lars Baron

Radio-Canada

L'Islande a remporté une victoire historique de 2-1 contre l'Angleterre lundi, à Nice, en huitièmes de finale de l'Euro 2016.

L'aventure continue pour la petite nation de 330 000 habitants. À sa première participation à un grand tournoi, l'Islande a poussé l'exploit encore plus loin, battant logiquement une Angleterre brouillonne.

C'est très simple, on est capable parce qu'on y croit.

Ragnan Sigurdsson

L'Angleterre a cru se faciliter la tâche avec le premier but du match grâce à un tir de pénalité. Son capitaine Wayne Rooney n'a pas raté sa chance et a donné l'avance aux siens à la 4e minute.

Moins de 34 secondes  plus tard, l'Islande a égalisé la marque avec une superbe volée de Ragnan Sigurdsson.

Kolbeinn Sigthorsson a permis aux siens de devancer les Blancs avec un tir précis, à la gauche du gardien (18e), après un superbe jeu de passe.

Sonnée, l'équipe de Roy Hodgson a pris son temps avant de repartir à l'assaut.

Je suis très déçu du résultat et de notre élimination. Nous n'avons pas autant progressé que nous aurions dû et c'est inacceptable.

Roy Hodgson, sélectionneur anglais

Elle a réussi à gratter quelques interstices entre les briques de la muraille bleue grâce à la vitesse de ses ailiers Raheem Sterling et Daniel Sturridge.

L'Islande et sa défense de fer n'ont pas bronché et ont tenu jusqu'au bout, soutenues par leurs supporteurs.

Les Three Lions sont sortis sous les huées pendant que les Islandais hurlaient leur joie face à leur coin de stade devant une foule en liesse.

Le sélectionneur anglais Roy Hodgson a annoncé sa démission à la suite de la défaite.

L'Islande affrontera la France en quarts de finale.

L'Italie prend sa revanche sur l'Espagne

L'Italien Giorgio Chiellini pousse le ballon dans le butAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Italien Giorgio Chiellini pousse le ballon dans le but

Photo : PHILIPPE LOPEZ

L'Italie a gagné son billet pour les quarts de finale avec sa victoire de 2-0 contre l'Espagne, championne en titre, au Stade de France.

L'Italie a du même coup pris sa revanche quatre ans après son humiliation par l'Espagne lors de la finale de 2012.

Giorgio Chiellini a donné l'avance aux siens à la 33e minute. Il a redirigé le coup franc d'Éder après un arrêt du gardien espagnol David De Gea.

Le portier espagnol a d'ailleurs été le héros des siens dans la défaite. Il s'est notamment illustré sur un tir puissant d'Emanuele Giaccherini. Il a reçu six tirs cadrés, la majorité en première mi-temps.

Avec une avance d'un but, l'Italie a choisi la voie de la prudence en deuxième demie. Le sélectionneur italien Antonio Conte a privilégié une retraite en défense, laissant le contrôle du ballon aux Espagnols.

L'Espagne a bien essayé de profiter de ce temps de possession augmenté, mais en vain. L'Italien Graziano Pellè a scellé le sort de l'Espagne dans les arrêts de jeu. Il a profité d'une faille dans la défense adverse pour doubler l'avance de son équipe.

Ce n'est peut-être pas encore le signe d'un déclin pour le football espagnol, toujours dominant dans les compétitions de clubs, avec notamment trois sacres dans les trois dernières saisons en Ligue des champions.

Mais c'est sans doute la fin d'une génération dorée, celle d'Iker Casillas, qui a dominé la planète avec un jeu de passes léché, réussissant un triplé inédit Euro-Mondial-Euro de 2008 à 2012.

Quatre ans plus tard, l'Espagne n'a plus aucune couronne.

Le mérite en revient à l'Italie qui, contrairement au cauchemar vécu lors de la finale 2012 (défaite 4-0), a cette fois parfaitement déroulé son jeu, intense et efficace.

Disciplinés dans le repli, calmes en attaque, les hommes d'Antonio Conte ont pris l'Espagne à la gorge et réussi à contenir les talents adverses.

En quarts de finale, la Squadra Azzurra affrontera l'Allemagne.

Portrait des quarts de finale

Tous les matchs sont à 15 h (HAE).

Jeudi

Pologne contre Portugal

Vendredi

Pays de Galles contre Belgique

Samedi

Allemagne contre Italie

Dimanche

France contre Islande

Avec les informations de Agence France-Presse

Soccer

Sports