•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des religieux de la Saskatchewan inquiets par la loi sur l'aide médicale à mourir

Soins palliatifs, aide médicale à mourir

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une délégation de 35 religieux de différentes confessions en Saskatchewan ont exprimé leurs craintes par rapport à la loi sur l'aide médicale à mourir, entrée en vigueur ce mois-ci. Certains d'entre eux ont rencontré le ministre provincial de la Santé Dustin Duncan et l'opposition néo-démocrate.

Le groupe, formé de prêtres, d'imans, de rabbins, de révérends et d'évêques, demande à ce que la liberté de conscience soit protégée au sein du cadre législatif.

« Aucun professionnel de la santé ou nulle institution ne devrait être forcé d'accomplir un acte qui viole sa conscience individuelle ou collective », est-il écrit dans leur lettre. La Saskatchewan s'accorde actuellement avec les lignes directives énoncées par le Collège des médecins et des chirurgiens de la province.

Yves Noblet, fidèle de l'Église de Jésus Christ des saints des derniers jours, croit que la loi telle qu'écrite pourrait forcer un médecin à poser un geste allant à l'encontre de sa conscience.

Le ministre Dustin Duncan dit que le gouvernement se penche déjà sur cette question avec le Collège. Il souhaite que les médecins ne soient pas obligés de recommander leurs patients à quelqu'un d'autre lorsqu'ils demandent à recourir à l'aide médical à mourir. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !