•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fiat Chrysler abandonne les coussins gonflables défectueux de Takata

Le siège social nord-américain du fournisseur de pièces pour automobiles Takata, au Michigan, est montré sur cette photo datée du 22 octobre 2014.

Le siège social nord-américain du fournisseur de pièces pour automobiles Takata, au Michigan, est montré sur cette photo datée du 22 octobre 2014.

Photo : Carlos Osorio

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Fiat Chrysler cessera d'utiliser les coussins gonflables défectueux de Takata dans ses nouveaux véhicules à partir de la semaine prochaine. Au moins 11 personnes sont mortes dans le monde à cause de ces dispositifs.

L'entreprise a indiqué qu'elle arrêterait d'intégrer dans ses véhicules les mécanismes de déploiement qui contiennent du nitrate d'ammonium « sans agent desséchant ».

En raison d'un défaut de fabrication, les coussins de sécurité gonflables de la compagnie japonaise peuvent se déclencher avec une force excessive et disperser des éclats de métal dans l'habitacle du véhicule. 

Fiat Chrysler compte arrêter l'installation de ces coussins dans l'ensemble de sa production mondiale d'ici la mi-septembre. Le Jeep Wrangler 2016 est le dernier véhicule à en être équipé en Amérique du Nord.

Des coussins gonflablesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des coussins glonflables.

Photo : La Presse canadienne / Duane Burleson/Associated Press

Takata utilise du nitrate d'ammonium qui déclenche une petite explosion pour gonfler les coussins gonflables en cas d'accident.

Après quelques années et quand il est exposé à de hautes températures et à de l'humidité, cet agent chimique se détériore et brûle trop vite. Il peut alors faire éclater la cartouche de métal conçue pour contenir l'explosion s'il ne contient pas d'agent desséchant.

Aux États-Unis, Takata a accepté de procéder au rappel de 69 millions de dispositifs pour gonfler les coussins d'ici 2019.

Si l'administration américaine de la sécurité routière (NHTSA) considère que les dispositifs qui ne contiennent pas d'agent desséchant doivent être rappelés, elle souligne aussi qu'il faut environ six ans au nitrate d'ammonium pour se détériorer et présenter un danger.

L'agence américaine a prévu de rappeler tous ces systèmes au cours des trois prochaines années.

Les rappels se sont toutefois faits à un rythme plus lent parce que Takata et les autres fabricants ne sont pas en mesure de répondre à la demande suffisamment rapidement.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario