•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

50 barils de mercure enfouis et 40 ans de « culpabilité »

La communauté autochtone de Grassy Narrows est entourée d'eau. Entre 1962 et 1970, une papetière, Dryden chemical, a déversé du mercure dans la rivière Wabigoon/English. C'est ainsi que le poisson, principale source de nourriture pour les résidents de Grassy Narrows,a été contaminé.
La communauté autochtone de Grassy Narrows est entourée d'eau. Entre 1962 et 1970, une papetière, Dryden chemical, a déversé du mercure dans la rivière Wabigoon/English. C'est ainsi que le poisson, principale source de nourriture pour les résidents de Grassy Narrows,a été contaminé. Photo: Martine Laberge
Radio-Canada

Un ancien employé d'une papetière de Dryden, en Ontario, relate l'enfouissement de douzaines de barils de mercure qui pourraient, selon la Première Nation de Grassy Narrows, être la source de la contamination actuelle du cours d'eau de la communauté autochtone du nord-ouest de l'Ontario.

La contamination au mercure pendant les années 1960 et 1970 provient de l'usine de produits chimiques Dryden Chemicals Ltd, une filiale de la multinationale britannique Reed International. Il s'agit d'un désastre qui a été longuement étudié.

Toutefois, un récent rapport scientifique financé par le gouvernement a révélé qu'il y a toujours du mercure dans l'eau qui sert de source d'approvisionnement en poissons à la Première Nation de Grassy Narrows, sans pour autant pouvoir en déterminer la source.

J'écris cette lettre parce que je me sens coupable et parce que je veux partager des informations que vous ignorez peut-être.

Kas Glowacki, qui dit être un ancien employé d'une usine à papier de Dryden

Kas Glowacki affirme qu'il a travaillé dans l'usine en 1972 en tant qu'ouvrier et que, parmi ses tâches, il a rempli plus de 50 barils d'un mélange de mercure et de sel, qu'il a par la suite enfouis dans une fosse.

« J'ai été surpris de la quantité de mercure qui s'accumulait autour de ma pelle », poursuit-il dans un courriel envoyé l'été dernier et que CBC a obtenu la semaine dernière.

Les barils ont été jetés, et non pas placés, dans la fosse.

Kas Glowacki

Il décrit une fosse tapissée de plastique, située « en amont d'une rivière ».

La province au courant de la présence du site d'enfouissement

La lettre envoyée par Kas Glowacki a entraîné une série d'échanges de courriers entre la Première Nation de Grassy Narrows et le ministère de l'Environnement et de l'Action en matière de changement climatique de l'Ontario.

Le chef de la Première Nation, Simon Fobister, a écrit au ministre Glen Murray pour lui dire que sa communauté, qui continue de souffrir d'empoisonnement au mercure, était étonnée par les révélations de Kas Glowacki et qu'elle ignorait tout de ce site d'enfouissement.

Un fonctionnaire a répondu en disant que le Ministère était au courant de la présence de ce site depuis le début de l'affaire.

« Un site de déversement de mercure a été créé sur un versant à l'ouest de l'usine en 1971 », a écrit le haut fonctionnaire de l'environnement à Kenora. « Depuis sa création, des échantillons ont été prélevés de la nappe d'eau entourant le site pour analyser la présence de mercure. Le site n'est pas une source de contamination au mercure. »

Le chef de Grassy Narrows sceptique

Coucher de soleil à Grassy NarrowsCoucher de soleil à Grassy Narrows Photo : Martine Laberge

Pour sa part, le chef de la Première Nation de Grassy Narrows dit ne pas croire le Ministère. Il pense que ce dernier n'a même pas localisé le site d'enfouissement dont parle Kas Glowacki.

Simon Fobister affirme que le gouvernement n'a commencé à surveiller le niveau de mercure dans la rivière qui traverse sa communauté que depuis les années 1980.

« Je suis sous le choc et consterné par l'incapacité du gouvernement de l'Ontario de protéger notre communauté qui habite en aval de ce cours d'eau contaminé par cette fosse remplie de mercure », a écrit le chef Simon Fobister dans un communiqué publié lundi.

La Première Nation de Grassy Narrows va tenir un point de presse mardi et compte demander à la province l'accès au site.

Ontario

Pollution