•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tester sa mémoire pour détecter l'alzheimer : des tests offerts à Sherbrooke

L'infirmière Odette Baril en rencontre avec une dame qui a souhaité passer le test sur les capacités cognitives

L'infirmière Odette Baril en rencontre avec une dame qui a souhaité passer le test sur les capacités cognitives

Photo : ICI Estrie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Centre de vieillissement du CIUSSS de l'Estrie-CHUS effectue des évaluations de la mémoire, ces jours-ci, à l'hôpital et Centre d'hébergement Argyll de Sherbrooke. Plus la détection de la maladie d'Alzheimer se fait tôt, plus la prise en charge est efficace. 

Plus de 180 personnes ont assisté, vendredi, aux conférences organisées sous forme de questions-réponses. Ceux qui le désiraient pouvaient ensuite passer un test afin de mesure leurs capacités cognitives. 

« Les gens peuvent avoir réponse à leurs questions. Mes pertes de mémoire, est-ce que c'est moi qui amplifie cela ou est-ce que c'est vraiment quelque chose qui nécessiterait une évaluation un peu plus approfondie ? », soutient l'infirmière coordonnatrice de recherche clinique, Marilyn Tousignant.

L'infirmière et coordonnatrice, Marilyn TousignantAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'infirmière et coordonnatrice, Marilyn Tousignant

Photo : ICI Estrie

Les tests oraux et écrits sont relativement simples et prennent moins d'une demi-heure à réaliser. Les personnes ayant de faibles résultats reçoivent ensuite un soutien.

Moi, je trouve que c'est un beau privilège de faire évaluer ma mémoire de façon gratuite par des gens qui sont censés être très compétents, des chercheurs.

Une citation de :Gilles Lemay, participant

L'importance de la détection

La maladie d'Alzheimer touche environ 7000 personnes en Estrie. De ce nombre, moins du tiers ont reçu un diagnostic suffisamment tôt pour permettre une bonne prise en charge.

De bonnes habitudes

Ceux qui sont prédisposés génétiquement à souffrir de la maladie ont cependant d'autres moyens qu'un test pour agir. Comme l'explique Mme Tousignant, un changement dans ses habitudes de vie peut faire une différence.

Être cultivé, compter ses sous dans ses poches, ça fait travailler son cerveau. Lire, bien sûr, faire de l'exercice, c'est sûr, ça oxygène le cerveau.

Une citation de :Marilyn Tousignant

Même s'il n'y a plus de places disponibles pour les tests prévues lundi et mardi, le Centre de recherche compte tenir d'autres journées d'évaluation en juillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !