•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Liste d'attente pour les foyers de soins : une aînée de Bathurst ne sait plus où aller

L'Hôpital régional Chaleur, à Bathurst

Photo : ICI Radio-Canada/Serge Bouchard

Radio-Canada

Le rapport de la vérificatrice générale rendu public cette semaine sonnait l'alarme sur les problèmes qui guettent le Nouveau-Brunswick si le gouvernement ne trouve pas de solutions pour s'occuper de sa population vieillissante.

Un texte de Serge BouchardTwitterCourriel

Partout, des personnes âgées occupent des lits d'hôpitaux à forts coûts, faute de place dans les foyers de soins.

Le cas d'une dame hospitalisée à Bathurst est un bon exemple.

Depuis exactement deux mois, Mable "Connie" Godin, 72 ans, occupe un lit de l'hôpital régional de Bathurst.

Après de nombreux examens, on a finalement découvert qu'elle souffrait d'une infection osseuse à une jambe, une condition qui l'empêche de marcher.

« Elle est frustrée, elle est fatiguée, elle veut que ça guérisse », explique sa fille, Rachael Hickey.

Elle affirme que son médecin traitant dit qu'elle nécessite encore quatre semaines d'hospitalisation avant d'être remise sur pied.

Mais un autre médecin vient de déterminer qu'elle doit partir, ce qui devait avoir lieu vendredi matin.

Puisqu'elle a refusé de l'écouter, les deux employés venus lui demander de libérer la chambre ont dû rebrousser chemin.

La femme de 72 ans habite seule dans une maison de Jacquet River, située à une trentaine de minutes de chez sa fille et de l'hôpital.

« Si elle ne peut pas aller à la toilette toute seule à l'hôpital, comment est-ce qu'elle va faire à la maison? Ça ne fait pas de sens du tout. Elle n'a pas d'autre place où aller », fait remarquer sa fille.

Rachael Hickey chez elleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Rachael Hickey

Photo : ICI Radio-Canada/Serge Bouchard

Ils attendent patiemment que les choses bougent.

« On attend et ce n'est pas le fun pour ma mère, pour te dire la vérité. Ça me casse le coeur parce qu'elle est là, elle n'est pas prête à s'en aller, elle sait ça et elle a finalement accepté qu'elle ne puisse plus retourner à la maison », explique Rachael Hickey.

Comme personne ne peut s'occuper d'elle, Mme Godin est maintenant prête à considérer d'aller dans un foyer de soins.

« C'est possible, peut-être dans un mois d'avoir une place, mais s'il n'y 'a pas de place, je ne sais pas qu'est-ce qu'on va faire. Peut-être qu'elle fera comme les autres, rester à l'hôpital jusqu'au temps qu'il y a une place au foyer », dit-sa fille. 

Le réseau de santé Vitalité ne commente pas les dossiers des patients.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

Santé