•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éolien et hydroélectricité: deux poids deux mesures selon des chercheurs

Parc éolien et coucher de soleil

éoliennes

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Un groupe de huit universitaires et ingénieurs, spécialistes des questions énergétiques, critiquent la décision du gouvernement du Québec de ne plus favoriser le développement de l'énergie éolienne sur le territoire québécois.

Dans une déclaration publique, ces spécialistes jugent que la nouvelle politique énergétique, dévoilée par le gouvernement, traduit un préjugé favorable de l'état envers l'hydroélectricité au détriment de l'éolien. 

Il y a deux poids deux mesures. À surplus équivalents en électricité, on coupe les vannes pour l'énergie éolienne, mais on les ouvre pour l'hydroélectricité.

Carol Saucier, professeur retraité de l'UQAR et signataire de la déclaration 
Carol Saucier, professeur retraité de l'UQAR, auteur d'une étude sur l'acceptabilité sociale des projets éoliens

Carol Saucier, professeur retraité de l'UQAR, auteur d'une étude sur l'acceptabilité sociale des projets éoliens

Photo : Carol Saucier

À cet égard, monsieur Saucier souligne que la nouvelle politique énergétique donne le feu vert aux deux dernières phases du barrage La Romaine et mandate Hydro-Québec pour déterminer, d'ici 2020, la nature d'un nouveau grand projet hydroélectrique. À l'opposé, note le chercheur, Québec stoppe tout nouveau projet éolien tant qu'il y aura d'importants surplus énergétiques.

Non pas que l'on soit contre l'hydroélectricité [mais] on trouve qu'il y a un préjudice qui est causé à l'égard de la filière éolienne.

Carol Saucier, professeur retraité de l'UQARet signataire de la déclaration

Les coûts de l'éolien

Les signataires rejettent les critiques au sujet des coûts élevés de l'énergie éolienne. Dans leur document, ils affirment que les prix de l'éolien se comparent avantageusement avec ceux de l'hydroélectricité. « Le prix des turbines éoliennes a diminué de manière significative depuis 2009 [...] Le quatrième et dernier appel d'offres éolien de 2013 a donné un prix d'achat moyen de 6,5 ¢/kWh produit, un prix incluant la marge bénéficiaire des promoteurs », ce qui se compare, écrivent-ils, avec le coût des barrages en construction ou en projet. 

Débat public

Dans les circonstances, les huit signataires réclament la tenue d'un nouveau débat public sur la place de l'éolien dans le portefeuille énergétique québécois. Ils estiment que cette filière a été l'objet d'une campagne de désinformation et qu'il est temps de rétablir les faits. 

Les auteurs de la déclaration:

Carol Saucier, professeur retraité de l'UQAR

Danielle Lafontaine, professeure et titulaire de la Chaire de recherche en développement régional, UQAR

Simon-Philippe Breton, PhD, professeur, Department of Earth Sciences -Wind Energy, Université d'Uppsala, Suède

Louis-Étienne Boudreault, PhD,Denmark Technical University

Évariste Feurty, PhD, enseignant en électronique industrielle,Cegep de Matane

Bernard Saulnier, ingénieur à la retraite, Institut de recherche d'Hydro-Québec

Réal Reid, ingénieur, spécialiste en énergie

Lucie Sauvé, professeure, Département de Didactique, UQAM

À lire aussi:

Colloque éolien à Matane : les opportunités de la politique énergétique

Est du Québec

Économie