•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de sorties temporaires pour Valery Fabrikant

Photo de Valery Fabrikant

Photo de Valery Fabrikant

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Valery Fabrikant, ce professeur de l'Université Concordia qui avait abattu par balles quatre de ses collègues il y a un quart de siècle, ne pourra bénéficier de sorties temporaires - avec ou sans escorte.

La Cour fédérale a maintenu la décision de la Commission des libérations conditionnelles, qui avait conclu il y a deux ans que Fabrikant représentait toujours un « risque indu pour la société ».

La juge Danièle Tremblay-Lamer a estimé que la Commission, puis sa section d'appel, avaient rendu des décisions raisonnables dans ce dossier.

Fabrikant, aujourd'hui âgé de 76 ans, purge une peine de prison à perpétuité à l'Établissement Archambault, à Sainte-Anne-des-Plaines.

Il faisait appel en Cour fédérale de la décision de la Commission des libérations conditionnelles, qui lui avait refusé en 2014 des permissions de sorties temporaires, seul ou avec escorte, pour visiter sa famille.

Fabrikant avait déjà bénéficié de sorties avec escorte pour des raisons médicales, mais la Commission a estimé que ce détenu « à sécurité moyenne » n'a toujours pas réglé les motifs qui l'ont poussé à commettre ses crimes il y a 24 ans, et qu'il existe des risques de récidive.

Professeur agrégé de génie mécanique à l'université montréalaise, Fabrikant était connu pour son caractère peu commode avec ses étudiants, ses collègues et les membres du personnel.

Menacé de congédiement, il avait fait irruption en août 1992 au département de génie et avait tué par balles quatre collègues enseignants. Une secrétaire de Concordia avait aussi été blessée dans la fusillade.

En 2000, la Cour fédérale l'avait jugé plaideur quérulent, à la suite de ses multiples recours, souvent frivoles, devant les tribunaux.

Grand Montréal

Justice et faits divers