•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le travail nocturne nuit au système immunitaire

Un homme baille
Photo: iStockphoto
La Presse canadienne

Les infirmières, les policiers et les chauffeurs d'autobus qui travaillent de nuit sont plus susceptibles d'avoir des défaillances du système immunitaire, révèle une nouvelle étude de l'Université McGill, qui dit en mesurer pour la première fois les effets chez les humains.

L'étude a été publiée plus tôt cette année dans la revue scientifique Journal of Immunology.

Les chercheurs se sont demandé si des perturbations de l'horloge interne en raison du travail de nuit pouvaient nuire au système immunitaire. Et leur conclusion est que oui.

Les humains sont des animaux diurnes, rappellent-ils.

Des recherches avaient déjà démontré chez des rongeurs que les horloges internes régissent les réponses immunitaires.

Mais Marc Cuesta, Nicolas Cermakian et Diane B. Boivin, des chercheurs de l'Institut de recherche en santé mentale Douglas et à l'Université McGill, voulaient aller plus loin. On ignorait encore si la perturbation de ces horloges internes pouvait avoir des effets sur le système immunitaire des humains, explique Nicolas Cermakian, un chercheur et professeur au département de psychiatrie de l'Université McGill.

Les chercheurs ont donc reproduit les conditions de nuit chez neuf volontaires en bonne santé. Dans une salle d'isolation temporelle, ces derniers ont été privés de la lumière et des bruits sonores caractéristiques du jour.

Ils ont notamment évalué la sécrétion des cytokines et des protéines synthétisées par le système immunitaire. 

« Nous avons trouvé que les rythmes de sécrétion des cytokines étaient normaux chez les personnes qui vivaient le jour, mais perturbés chez ceux qui avaient un horaire nocturne », explique le Pr Cermakian.

Les cytokines permettent un dialogue entre les cellules, régulant des fonctions biologiques extrêmement variées, notamment en lien avec l'inflammation et la réponse immunitaire.

Après cette conclusion prometteuse, les chercheurs souhaitent maintenant mesurer les répercussions sur de réels travailleurs de nuit et voir ainsi jusqu'à quel point leur système immunitaire est perturbé.

 

Grand Montréal

Science