•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Communes adoptent le projet de loi pour changer des paroles de l'Ô Canada

Mauril Bélanger tenait à être en chambre pour l'adoption de son projet de loi (15-05-2016).

Photo : ICI Radio-Canada

La Presse canadienne

Les députés fédéraux ont adopté, mercredi soir, le projet de loi, initiative d'un des leurs, qui changera les paroles anglaises de l'Ô Canada.

Par 225 à 74, les Communes ont donc voté en faveur de C-210, en troisième lecture, mesure présentée par Mauril Bélanger. Une fois le résultat du vote annoncé, les députés ont applaudi, puis spontanément entamé ce qui sera la nouvelle version de l'hymne national.

Les bloquistes se sont abstenus de voter, ne se sentant pas concernés par le débat.

Les votes des libéraux, des néo-démocrates, d'une dizaine de conservateurs et de la chef du Parti vert ont donc envoyé C-210 au Sénat pour qu'il y soit étudié et adopté.

Lorsque ce sera fait, le vers « true patriot love in all thy sons command » (« un vrai amour de la patrie anime tous tes fils ») sera remplacé par « true patriot love in all of us command » ( « un vrai amour de la patrie nous anime tous »).

En présentant son projet de loi, M. Bélanger avait dit que l'hymne national ne devrait pas ignorer la contribution de 52 % de la population.

La version française de l'hymne national demeure inchangée. Les paroles d'Adolphe Basile Routhier pour lesquelles Calixa Lavallée a composé une musique ne font aucune mention des fils ou des filles du pays.

Présent au vote mercredi soir, M. Bélanger a été longuement applaudi par ses collègues.

Le député, qui souffre de la maladie de Lou Gehrig avait, difficilement, fait une apparition à la Chambre vendredi dernier, afin que l'ultime étape de l'étude de son projet de loi par les Communes puisse être entamée. Le député d'Ottawa-Vanier, qui a reçu son diagnostic cet automne, peu après sa réélection, a rapidement perdu l'usage de la parole.

Mauril Bélanger a également été honoré par l'hôpital Montfort, à Ottawa, mercredi. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique