•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec accroît la pression sur Ottawa en santé

Le président du Conseil du Trésor et ministre des Finances, Carlos Leitao

Le président du Conseil du Trésor et ministre des Finances, Carlos Leitao

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

La Presse canadienne

Le Québec accentue la pression sur le gouvernement Trudeau concernant les transferts en santé. La Presse Canadienne a appris que le ministre des Finances, Carlos Leitao, rencontrera tous ses homologues dimanche soir, à Vancouver, pour discuter du financement du secteur de la santé, à la veille d'une rencontre fédérale-provinciale qui les ressemblera autour d'une même table.

Cette rencontre des ministres des Finances de lundi porte officiellement sur les régimes de retraite et le Québec avait tenté d'ajouter les transferts en santé à l'ordre du jour, mais en vain. M. Leitao a donc plutôt invité tous ses autres collègues à une réunion informelle dimanche soir sur cet enjeu et ils ont tous accepté, a-t-on appris mercredi.

La hausse des dépenses en santé et la part à assumer par le gouvernement fédéral constituent des enjeux épineux, alors que des négociations se profilent après l'arrivée à terme de l'accord fédéral-provincial d'une durée de 10 ans dans ce domaine. La ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, avait déjà indiqué pourtant que le renouvellement de cet accord était une priorité.

Mercredi, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a d'ailleurs déploré que la question du financement de la santé ne figure pas au menu du prochain sommet des ministres des Finances lundi.

« Nous avons fait pression pour que ce soit à l'ordre du jour et ce ne l'est pas, a déclaré M. Barrette en point de presse avant d'entrer à la séance du conseil des ministres. (...) Ce n'est pas ce que les ministres des Finances veulent, mais plutôt ce que le fédéral ne veut pas faire. »

Le ministre a fait valoir que « les transferts (fédéraux en santé aux provinces) sont beaucoup trop bas », et alors que les ministres des Finances se réunissent déjà pour préparer les budgets de 2017, on est « en train de passer à côté de cet enjeu », qui est la question « la plus importante » en santé.

L'inaction du gouvernement Trudeau menace même le niveau de services dans le réseau de la santé, a-t-il dénoncé. Outre le refus de s'engager sur les transferts en santé, il reproche aux libéraux fédéraux de ne pas respecter leurs engagements électoraux, notamment d'investir 3 milliards de dollars dans les soins à domicile durant leur mandat.

Gaétan Barrette déplore qu'Ottawa n'ait pas encore versé un seul sou aux provinces, après huit mois de mandat. Le ministre estime à 232 millions de dollars par an la part qui doit revenir au Québec.

« On a annoncé des investissements qui n'arrivent pas, qui sont en retard. Toutes les indications laissent croire que cet argent ne sera pas un rendez-vous et c'est un problème sérieux », a-t-il dit.

Le ministre a fait savoir qu'il avait pris part la veille à une téléconférence avec ses homologues des autres provinces et territoires qui en sont unanimement arrivés à la même revendication: Ottawa doit débloquer les sommes rapidement.

Si le fédéral tarde encore à transférer les montants promis, le gouvernement Couillard devra réduire les services en santé, a laissé entendre M. Barrette.

« Ce qui est en jeu, c'est le niveau de services actuel, a-t-il affirmé. Toutes les provinces et territoires font face aux mêmes problèmes à des échelles différentes. Et la solution passe par un financement adéquat. (...) Cela nous force, pour maintenir l'équilibre budgétaire, à serrer la vis. »

Le ministre de la Santé garde néanmoins bon espoir que son appel sera entendu; il a dit penser que « le fédéral va entendre raison. »

Politique