•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau départ pour le traversier de Yarmouth

Un nouveau départ pour le traversier de Yarmouth
Radio-Canada

Un service de traversier est à nouveau offert entre Yarmouth, en Nouvelle-Écosse, et Portland, au Maine. Le nouveau traversier « Cat » a quitté Yarmouth, mercredi matin.

Après la révocation du contrat avec Nova Star Cruises, l'automne dernier, bien des gens ont cru que c'était la fin du service. Mais le gouvernement s'est entendu avec une autre entreprise, Bay Ferries, qui a trouvé un bateau pour offrir le service. Un service qui coûtera 32 millions de dollars aux contribuables de la province.

Le « Cat » peut transporter jusqu'à 282 voitures et 866 passagers. La traversée dure environ cinq heures et demie.

Les derniers mois ont été difficiles pour l'entreprise qui devait faire beaucoup de rénovations sur le vaisseau, certains travaux ont même été faits à quelques minutes du départ.

Les dernières semaines ont été débordées pour Mathieu Maltais, le seul entrepreneur à bord.

« J'ai eu le contrat six semaines passés et j'ai trois services de restauration sur le bateau plus le service de boutique cadeaux, j'ai embauché 15 personnes. Je n'ai pas dormi beaucoup », explique-t-il.

Le bateau est plus petit et moins luxueux que son prédécesseur, le Nova Star. Le « Cat » n'a qu'un étage pour véhicules et un seul pour les passagers. Mais c'est un traversier convivial avec un comptoir à gelato pour les plus jeunes et un bar ou on servira du homard pour ceux qui ont envie de se gâter.

Le vaisseau peut aussi compter sur son nom, puisqu'un autre « Cat » a desservi cette route pendant des années. Il s'agit d'une marque reconnue en Nouvelle-Angleterre.

Le « Cat » est beaucoup plus rapide que son prédécesseur, au grand plaisir des premiers touristes à l'utiliser.

Les Américains de passage en Atlantique sont contents de pouvoir emprunter ce raccourci de près de six heures pour rentrer à la maison.

Les entrepreneurs de la région ont bien besoin de leur présence. Ce lien avec le marché américain est précieux pour eux.

Dans le sud-ouest du la Nouvelle-Écosse, il reste encore beaucoup à faire pour ranimer l'économie. Reste à voir si le « Cat » sera la solution.

Avec un premier voyage d'à peine 50 voitures et 100 passagers, ce n'est pas un départ en force pour le nouveau traversier.

S'il n'atteint pas 60 000 passagers d'ici la fin septembre, les contribuables de la Nouvelle-Écosse devront dédommager l'entreprise Bay Ferries, en plus des 23 millions que le service leur a déjà coûtés cette année.

Le gouvernement explique qu'aucun service de traversier au monde ne peut fonctionner sans subvention. Il estime que l'investissement en vaut la peine.

Dans quelques mois, les Néo-Écossais sauront si suffisamment de touristes et entreprises utilisent le service pour qu'il en vaille la peine.

L'entreprise Nova Star Cruises a reçu 39,5 millions de dollars du provincial durant les deux années d'exploitation du traversier précédent. Ce dernier avait transporté environ 110 000 passagers, alors que l'objectif était d'en transporter 180 000.

D'après un reportage de Rebecca Martel

Avec les informations de CBC

Acadie

Tourisme