•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Franco-Albertains traversent le pays à vélo pour la fibrose kystique

Stéphane Magnan et Stéphanie Benoît.

Stéphane Magnan et Stéphanie Benoît.

Photo : ICI Radio-Canada/ Mario De Ciccio

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un couple franco-albertain, Stéphane Magnan et Stéphanie Benoit, traverse le Canada à vélo afin d'amasser des fonds pour la fibrose kystique, dont souffre Stéphane Magnan. Ils étaient de passage à Calgary mardi.

Parti de Victoria fin mai, le couple compte atteindre Halifax en août avant de retourner à l'université à l'automne prochain. 

Tous les fonds récoltés iront à l'association Fibrose kystique Canada. Pour l'instant le couple a amassé plus de 5000 dollars et espère atteindre les 10 000 dollars d'ici la fin du voyage.

« C'est la maladie génétique la plus commune qui est mortelle chez les enfants et les jeunes adultes au Canada », a affirmé Stéphane Magnan. 

Selon l'association Fibrose kystique Canada, la fibrose kystique touche différents organes, mais surtout l'appareil digestif et les poumons. La persistance de la maladie et l'infection chronique dans les poumons, qui occasionnent leur destruction et une perte de la fonction pulmonaire, entraînent la mort chez la majorité des personnes atteintes. Il n'existe aucun traitement curatif.

Un premier voyage à vélo

À 23 et 22 ans, la traversée du Canada à vélo est une première pour ces jeunes qui sont des cyclistes débutants. Et le défi est d'autant plus important pour Stéphane Magnan qui souffre de fibrose kystique.

« Avec la fibrose, c'est un peu plus difficile parce que le fonctionnement pulmonaire est plus bas qu'une personne normale. »

— Une citation de  Stéphane Magnan

Du côté de Stéphanie Benoît, c'est plutôt l'aspect psychologique qui pèse dans la balance.

« Physiquement, c'est difficile, mais c'est certain que n'importe qui peut le faire à sa propre vitesse. C'est vraiment la motivation mentale qui va jouer un rôle là-dedans. »

Stéphane Magnan et Stéphanie Benoît.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Stéphane Magnan et Stéphanie Benoît.

Photo : ICI Radio-Canada/ Mario De Ciccio

À l'origine, ce voyage était le rêve du père de Stéphanie, puis c'est devenu un défi personnel pour le jeune couple.

« On espère sortir de cela plus forts. Non seulement en tant que couple, mais aussi en tant que personnes. »

— Une citation de  Stéphanie Benoît

En attendant, il leur reste moins de deux mois, et près de 5000 km avant d'arriver à Halifax.

D'après un reportage de Mario De Ciccio.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !