•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le SPVM ouvre une enquête sur l'agression d'un itinérant

La Presse canadienne

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a ouvert une enquête criminelle après qu'eut été diffusée sur les réseaux sociaux une vidéo montrant un sans-abri qui se fait attaquer à la boisson gazeuse au centre-ville de la métropole.

Sur la vidéo, on voit un jeune homme jeter le contenu de son verre au visage de l'itinérant, en l'insultant. Il se trouve alors avec ses amis et annonce joyeusement à la caméra qu'il va tourner une vidéo.

Il crie à l'homme, qui reste calme, d'aller se trouver un boulot.

La vidéo a suscité de nombreuses réactions de gens qui se disent dégoûtés par le geste gratuit du jeune homme.

Cette vidéo, mise en ligne notamment sur la page Facebook de l'émission de radio Marceau le soir de la station CHOI 98,1 Radio X, avait été vue plus de 135 000 fois en fin d'après-midi, mardi.  

Excuses

Le jeune homme visé a ensuite mis en ligne ses excuses sur sa page personnelle Facebook. Dans cette autre vidéo, il dit vouloir présenter ses excuses à « tous les itinérants qu'il a pu offusquer ».

Il affirme avoir fait une « niaiserie » la veille sans penser aux conséquences. Il ajoute aussitôt que les gens ignorent que le sans-abri avait auparavant traité sa copine de « pute » et lui avait craché dessus.

Il dit avoir agi « comme n'importe quel homme l'aurait fait pour défendre sa copine ».

Le jeune homme ajoute qu'il donne tout le temps de l'argent aux itinérants et qu'il a été approché par la Mission Old Brewery, qui s'occupe des sans-abri, pour qu'il y effectue des travaux communautaires. Il dit avoir accepté « pour réparer les erreurs qu'il a faites ».

Joint mardi après-midi, le président et chef de la direction de la Mission Old Brewery, Matthew Pearce, dit que ni lui ni personne de son bureau n'a contacté le jeune homme.

« Ce n'est pas vrai. Il ne nous a pas contactés non plus », a-t-il affirmé en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

Il reconnaît toutefois avoir dit dans une entrevue à la télévision en matinée que l'homme devrait être sanctionné pour son geste et qu'il devrait faire 100 heures de travaux communautaires. La mission se dit prête à l'accueillir pour qu'il soit mieux sensibilisé à la réalité des sans-abri et qu'il comprenne que personne ne se retrouve à la rue par choix.

« S'il est disposé, on maintient, on est prêt à l'accueillir en bénévolat chez nous », a dit M. Pearce. Il s'agirait de la meilleure sanction, selon lui, car il estime que le jeune va apprendre beaucoup et qu'il ne jettera plus jamais son verre au visage d'un être humain.

Justice et faits divers