•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Épanouissement de la francophonie manitobaine : le PC dépose un projet de loi

Dépot du projet de loi 5 au Palais législatif du Manitoba par la ministre des Affaires francophones du Manitoba, Rochelle Squires

Le gouvernement progressiste-conservateur (PC) du Manitoba a présenté mardi un projet de loi sur l'appui à l'épanouissement de la francophonie manitobaine.

Un texte de Samuel RancourtTwitterCourriel

Le projet de loi 5, ajouté au feuilleton lundi, a été déposé en première lecture par la ministre responsable des Affaires francophones, Rochelle Squires.

J'espère que ce projet de loi démontrera à la communauté francophone mon profond désir de la défendre.

Rochelle Squires, ministre responsable des Affaires francophones.
Rochelle Squires, ministre responsable des Affaires francophones du Manitoba.Rochelle Squires, ministre responsable des Affaires francophones du Manitoba. Photo : ICI Radio-Canada

La Loi sur l'appui à l'épanouissement de la francophonie manitobaine propose une définition plus moderne du terme « francophone ». Cette dernière inclut non seulement les Manitobains dont la langue maternelle est le français, mais également ceux qui décident de vivre ou travailler dans la langue de La Fontaine et de Molière.

Elle propose aussi de mettre sur pied un conseil consultatif des affaires francophones tout en obligeant les ministères ainsi que certaines entités publiques à élaborer des plans stratégiques pluriannuels sur les services en français.

Similitudes entre le projet de loi 5 et le projet de loi 6

Le précédent gouvernement néo-démocrate avait présenté un projet de loi sur la communauté francophone l'automne dernier.

Déposé en novembre 2015, le projet de loi 6, nommé La Loi sur l'appui à l'essor de la francophonie manitobaine, était mort au feuilleton.

L'actuel premier ministre Brian Pallister, chef de l'opposition à l'époque, avait refusé à plusieurs reprises de s'engager à ce qu'il soit adopté, soulignant que le Nouveau Parti Démocratique (NPD) avait eu 17 ans pour présenter un tel document.

Pourtant, le titre du projet de loi 5 des progressistes-conservateurs est quasi identique à celui des néo-démocrates ; à l'exception du fait que le document traite de « l'épanouissement » de la francophonie plutôt que de son « essor ».

Même scénario du côté de sa définition de la francophonie manitobaine. Celle-ci ne remplace que le mot « collectivité » pour « communauté ».

Un projet de loi attendu

Le député de Saint-Boniface Greg Selinger se dit ravi du projet de loi 5.

Le Parti progressiste-conservateur du Manitoba avait mal entrepris son mandat en demandant à une Manitobaine unilingue anglophone de représenter la communauté francophone. Avec le projet de loi 5, il se rachète.

Greg Selinger, député de Saint-Boniface
L'analyste politique Roger TurenneL'analyste politique Roger Turenne Photo : ICI Radio-Canada

Pour sa part, l'analyste politique Roger Turenne croit que le dépôt d'un tel projet de loi est l'aboutissement d'un long cheminement avec le gouvernement.

« Même si ce projet n'a rien d'innovateur, il procure à la communauté une plus grande force. »

Manitoba

Politique