•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entrepreneure de Uashat se démarque aux dragons

L'entrepreneure innue de Uashat, Josée Leblanc

L'entrepreneure innue de Uashat, Josée Leblanc

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'entrepreneure innue de Uashat-Maliotenam, Josée Leblanc, a obtenu l'offre de mentorat de Serge Beauchemin et de Gilbert Rozon pour son projet Les bottes de l'espoir lors de son passage lundi à l'émission Dans l'œil du dragon.

Un texte d'Evelyne CôtéTwitterCourriel

Elle avait demandé la participation financière des dragons, soit de 100 000 $ pour 15 % de son projet, mais ces derniers ont décliné son offre.

Toutefois, elle estime qu'il s'agit d'« un scénario idéal » puisqu'elle garde les rênes de la destinée de son entreprise et pourra obtenir les conseils de deux mentors.

C'est impressionnant d'aller mettre toutes tes tripes sur la table et de dire : " allez, jugez-moi ". J'avais peur, mais en même temps, j'étais confiante. Je croyais vraiment en mon projet. 

Josée Leblanc, entrepreneure
Les bottes de l'espoir, le projet de Josée LeblancAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les bottes de l'espoir, le projet de Josée Leblanc

Maintenant en ligne

En lançant un site Internet où il est possible d'acheter des bottes mukluks, des mocassins et d'autres accessoires en ligne, la femme d'affaires rêve que les bottes soient portées partout dans le monde.

Elle souligne que Serge Beauchemin pourra l'appuyer dans ses démarches à l'international et que Gilbert Rozon compte développer ce produit de niche au Québec par son réseau de contacts.

Les deux dragons ont confirmé qu'ils viendront dans la communauté dans les prochains mois pour visiter l'entreprise de Josée Leblanc à Uashat-Maliotenam et lui offrir des conseils pour développer de nouveaux marchés.

Les bottes de l'espoir sont fabriquées par des femmes autochtones, qui apprennent à broder des motifs avec des perles, en l'échange d'un salaire équitable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec