•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet Boundary Dam de nouveau critiqué

Usine de captation et de séquestration de carbone

L'usine de captation et de séquestration de carbone, adjacente à la centrale Boundary Dam près d'Estevan en Saskatchewan

Photo : SaskPower

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les installations de l'usine de captage et de stockage de carbone Boundary Dam, en Saskatchewan, ont été réparées au moins 6862 fois depuis mai 2013, selon des révélations du quotidien Regina Leader-Post. En conférence de presse lundi, Mike Marsh le président de la société d'État SaskPower a affirmé que ce niveau de réparation était normal.

L'opposition néo-démocrate a critiqué le gouvernement. La députée du Nouveau Parti démocratique Cathy Sproule soutient notamment que le projet sera moins rentable que prévu. 

Au cours de sa première année en service, le projet 3 de Boundary Dam a permis de capter moins de dioxyde de carbone qu'espéré. SaskPower y dépense 13 millions de dollars annuellement.

La province affirme de son côté que de tels coûts sont prévisibles dans le cadre d'un projet d'une telle envergure et se dit sûre que la valeur des installations sera démontrée à l'avenir.

L'usine de captage et de stockage de carbone Boundary Dam produit 28 000 tonnes de CO2 par jour, soit 80 % de sa capacité, affirme Mike Marsh.

Le contrat avec Cenovus renégocié

Par ailleurs, SaskPower n'a jamais payé les 91 millions de dollars d'indemnités de rupture à l'entreprise privée Cenovus, comme le stipulait le contrat concernant la production de CO2 de l'usine de captage et de stockage de carbone Boundary Dam, a affirmé Mike Marsh. La société d'État a plutôt renégocié cette clause du contrat avec Cenovus.

M. Marsh a toutefois refusé de donner plus de détails sur l'entente en question, évoquant un accord de confidentialité avec Cenovus. L'entreprise achète au moins 50 % de la production de SaskPower, a-t-il noté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !