•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les premiers ministres de l’Ouest canadien condamnent le carnage à Orlando

Une blessée est escortée à l’extérieur de la discothèque Pulse, à Orlando en Floride, à la suite d’une fusillade tôt le matin du 12 juin 2016.

Une blessée est escortée à l’extérieur de la discothèque Pulse, à Orlando en Floride, à la suite d’une fusillade tôt le matin du 12 juin 2016.

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/ Steven Fernandez

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les premiers ministres des provinces de l'Ouest canadien ont condamné le carnage survenu dans une discothèque d'Orlando, en Floride, qui a fait 50 morts et 53 blessés.

Selon les policiers américains, l'attaque a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche, lorsqu'un tireur a ouvert le feu dans une boîte de nuit gaie. L'assaillant est mort plus tard sous les tirs des policiers.

Ce drame, qui est considéré comme la pire tuerie par balle de toute l'histoire des États-Unis, a suscité de nombreuses réactions au sein de la classe politique canadienne, notamment dans l'ouest du pays, où trois premiers ministres se sont exprimés sur les réseaux sociaux.

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, a été la plus prompte à exprimer son sentiment d'horreur à l'égard de cet acte « délibérément dirigé envers la communauté LGBTQ ». Elle a qualifié ce dernier de « déplorable ».

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a pour sa part mis l'accent sur les victimes, les blessés et leurs familles, à qui il a adressé « ses prières et ses pensées ». Il a aussi remercié les services d'urgence pour leur travail.

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, s'est quant à elle dit « incroyablement attristée » par la « brutalité diabolique » de cette attaque. Elle a tenu à témoigner la solidarité de sa province envers les résidents d'Orlando.

Le premier ministre manitobain a quant à lui été le plus lent des premiers ministres de l'Ouest à réagir face à la tragédie. « Au nom de tous les Manitobains, notre gouvernement offre ses plus sincères condoléances de même que nos pensées et nos prières aux victimes de la violence terrible dont Orlando en Floride a été témoin », a déclaré Brian Pallister dans un communiqué et sur Twitter.

Par ailleurs, le Centre de surveillance et d'intervention d'urgence d'Affaires mondiales Canada et le Consulat général du Canada à Miami cherchent à savoir si des Canadiens pourraient avoir été touchés, a-t-on écrit par courriel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !