•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La marionnette au service des professionnels de la santé mentale

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Plusieurs conférences ont lieu toute la fin de semaine.

Plusieurs conférences ont lieu toute la fin de semaine.

Photo : Ici Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une soixantaine de spécialistes de l'art-thérapie sont réunis à Saguenay pour participer au colloque organisé par l'École nationale de l'apprentissage par la marionnette (ENAM).

Tout le week-end, ils discutent de l'utilisation de la marionnette dans un cadre éducatif et lors d'interventions auprès de personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale.

Selon le directeur général de l'ENAM, Richard Bouchard, la marionnette a beaucoup à offrir à l'être humain lorsqu'il se retrouve en situation de crise.

« La marionnette est une représentation de nous-mêmes. C'est un peu le miroir de notre réalité. Quand on fabrique une marionnette, c'est très physique, c'est une extension de nous. On se trouve à passer à la marionnette des besoins qu'on a, ou des connaissances ou encore des capacités, des perceptions », affirme-t-il.

Des psychiatres, des philosophes, des travailleurs sociaux et des enseignants de partout à travers le monde participent aux conférences et aux ateliers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !