•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'aide médicale à mourir ne sera pas offerte dans tous les hôpitaux de la Nouvelle-Écosse

Aide médicale à mourir.

Aide médicale à mourir.

Photo : AFP / Getty Images

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Néo-Écossais qui souhaitent recevoir l'aide médicale à mourir ne pourront pas obtenir ce service dans tous les hôpitaux de la province.

Les patients peuvent décider de recevoir ce service à la maison ou à l'hôpital, mais ce ne sera pas possible dans toutes les communautés.

« On doit s'assurer que des médecins et une équipe sont capables d'offrir ce service, qu'ils ont accès à la médication et qu'ils peuvent assurer la confidentialité du patient », explique Sandra Janes, directrice de la Régie de la santé en Nouvelle-Écosse.

Elle souligne qu'il peut être difficile de réunir ces conditions dans les plus petites communautés rurales de la province. Ce ne sont pas tous les hôpitaux qui auront des médecins qui acceptent d'offrir l'aide médicale à mourir.

« Ce que nous disons à nos employés, c'est : "Si vous ne vous sentez pas à l'aise [de fournir l'aide à mourir], vous n'êtes pas obligés de le faire" », explique Mme Janes.

La régie ne demande pas aux hôpitaux de mettre en place des locaux réservés spécifiquement aux médecins qui offrent l'aide médicale à mourir. Ce service sera donc offert dans les espaces disponibles et appropriés pour le faire.

« Vous voulez certainement un endroit où la vie privée est respectée et où il n'y a pas de gens autour qui s'ingèrent ou qui dérangent le patient et le deuil des proches », souligne-t-elle.

Une ligne téléphonique mise en place

Les autorités médicales de la Nouvelle-Écosse ont ajouté une ligne téléphonique directe pour les personnes qui ont des questions sur l'aide médicale à mourir. Cette ligne n'a pas dérougi depuis sa mise en place, affirme Sandra Janes.

En appelant à ce numéro de téléphone, les gens pourront recevoir des renseignements afin de mieux comprendre la loi.

Selon Mme Janes, il y a encore beaucoup d'incompréhension au sujet de l'aide médicale à mourir, tant du côté du personnel médical que du côté des patients.

Jusqu'à maintenant, les autorités médicales de la Nouvelle-Écosse n'ont reçu aucune demande formelle d'aide médicale à mourir, bien que certains patients aient déjà mentionné qu'ils attendaient le 6 juin pour demander ce service.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie